Education : les écoliers adoptent l’iPad

Alors que certains lycéens ne croient pas au livre électronique, les plus jeunes ne font pas d’histoire pour adopter en quelques jours des iPad comme leur nouvel outil d’apprentissage. Les futurs collégiens de l’école des Dauphins de Bernin (38) bénéficient pendant leur année scolaire d’un iPad grâce à la mission TICE et le CRDP de l’académie de Grenoble en liaison avec la DGESCO. Dans une vidéo d’une dizaine de minutes (à voir sur le site du CNDP), Alain Jourdan, enseignant en charge de l’expérimentation, liste les avantages suivants :

- Motivation, rapidité de mise au travail, augmentation de la concentration et de la durée de celle-ci, autonomie des élèves avec l’outil, vitesse d’appropriation et aisance d’utilisation (cet outil fait partie de leur univers et ne leur pose aucun problème).
- Rapport au travail bouleversé pour les élèves. Leur regard face au travail scolaire change : ils ne le subissent plus mais se l’approprient, l’apprécient, et en profitent donc bien plus. L’école et le travail scolaire deviennent, comme les activités de loisirs (choisies), un lieu, un moment et une source de plaisir, de motivation. Les élèves (re)trouvent le goût d’apprendre grâce à un outil adapté à leur génération et au monde dans lequel ils vivent depuis leur naissance.
- Facilité de préparation du travail pour l’enseignant, différenciation plus facile, suivi individualisé de l’élève facilité.

Enfin, l’utilisation de la tablette entre dans les cadres du ministère de l’Education Nationale, notamment du point de vue informatique car “les compétences du B2i sont mises en œuvre sans même s’en rendre compte”. Mais parmi les activités mises en place, on notera l’écriture collaborative à l’aide de l’application Evernote puis la création de petits reportages audio. La lecture n’est pas en reste et iBooks à l’honneur pour la lecture en numérique des Malheurs de Sophie. Si les enfants, comme leur enseignant, sont enthousiaste face à l’arrivée de ce nouvel outil, on remarquera le pragmatisme de la dernière intervenante, une jeune écolière, émettant l’éventualité qu’elle pourrait se lasser de son nouvel outil. Décidément, ces jeunes… ;-)

Parmi les points négatifs relevés lors de l’expérience, l’article relève les suivants :

- La solidité de ces tablettes tactiles.

- L’impact du Wifi sur la santé.

- Le risque de fatigue visuelle due au travail sur écran.

- La quantité beaucoup moins importante d’écrit sur papier.

Quant à l’absence du clavier, elle n’a pas été remarquée, contrairement à ce que nous avions pu rapporter à l’issue de notre reportage auprès des étudiants de l’ESC Grenoble (qui n’ont pas les mêmes besoins). En tout cas, l’iPad fait une belle entrée dans l’école française. Reste à voir si au cours des prochains mois (et années) la tablette d’Apple arrivera à fournir une réponse aux critiques récurrentes, en grande partie sur l’aspect fermé de la plateforme iOS. Mais n’est-ce pas la contrepartie pour plus de stabilité et un SAV réduit, grande source de dépense dans l’éducation?

Crédits photo : CNDP

37 Responses to “Education : les écoliers adoptent l’iPad”

  • utopievirtuelle:

    Dommage de ne pas avoir commandé des tablettes meilleur marché et plus ouvertes comme les tablettes Archos sous Android, qui elles auraient pu proposer un clavier par exemple…

    je ne vois pas en quoi un os fermé offre une plus grande stabilité et un SAV réduit (quel est le lien ?).
    L'avantage majeur de iOS est sa fluidité, et une meilleure cohérence applicative, qui auraient été facilement comblé par quelques développements dédiés.

    L'initiative reste intéressante bien entendu, notamment au niveau de la motivation.

    Enfin quid de la fatigue visuelle avec un écran rétro éclairé à cet âge ?

    • L'impossibilité (relative) de pouvoir faire toute bidouille permet une plus grande durée de vie des appareils. Si un problème subsiste, une simple restauration avec réinstallation de la sauvegarde automatique ramène l'iPad à neuf. Cet aspect, souvent décrié, est pour un moi un net avantage en terme de SAV. C'est aussi ressorti de notre entretien avec l'ESC Grenoble qui a noté aucun problème sur les iPad prêtés alors que leurs PC sont régulièrement sujets à des problèmes techniques (logiciels ou matériels).

      Concernant le rétro-éclairage, c'est un point qui demande à être étudié sur le durée même si je pense qu'une baisse de la luminosité permet une lecture tout à fait confortable en limitant la fatigue oculaire.

    • Gabriel:

      Le problème de l'os de Google,androïde, c'est justement son avantage…d'être open source. Chaque constructeur ajoute sa propre couche ce qui complique énormément les mises à jour des appareils utilisant androïde (smartphone y compris). Concernant le clavier celui qui s intègre à l'ecran est largement suffisant, pour autant on peut en trouver dans le commerce qui se connectent en Bluetooth a la tablette ( certains sont même intégrés a la pochette de protection).
      Le seul argument que je soutiens ( je suis pourtant un geek Apple ( iPhone, iMac, iPad)) c'est le prix… Je suis entièrement d'accord pour dire que ça n'est vraiment pas bon marché. Pour avoir testés plusieurs produits, cette marge se "justifie",je pense, dans l'excellence des produits d'Apple (qualité de fabrication, de l'os, innovation, design, etc.

  • Les "moins" sont anecdotiques:
    "l'impact du wifi sur la santé" = prétexte écolo pour refuser toute innovation. L'impact des ondes radio sur la santé serait plus clair (St Marconi, priez pour nous!)
    " moins d'écrit sur papier": c'est le but (un des buts) de la chose, non ? L'essentiel st que les enfants écrivent, sur papier, tablette d'argile ou ipad.
    "le travail sur ecran ": réveillez vous, vos enfants vivent déjà sur écran….

    Quant à "choisir" archos, on a vu où ont mené les considération franchouillardes au temps du plan IPT: au TO7/MO5… Très clairement: l'interface utilisateur d'archos and co n'arrive pas à la cheville de celle de l'ipad, et ce ne sont pas des applis du style "autumn" développés à rien ne coûte par les personnels taillable et corvéables de l'E.N. qui vont remplacer la facilité d'utilisation d'IOS. Le SAV, dans l'EN c'est simple: il n'y en a pas, vu que cela n'est pas prévu dans les budgets…

  • FRChris:

    Un reader a base d'eink pour remplacer les livres et alléger les cartables ça serait très bien.

    Un Ipad à l'école, c'est complètement ridicule.
    Ça reste quand même une machine de luxe.
    Déjà le budget de l'éducation nationale est soumis à restriction, c'est pas pour signer un gros chèque a Apple…

    De plus, introduire le web et les jeux dans les salles de classe … je ne suis pas sur que ce soit une bonne idée.

  • L'iPad me semble l'outil logique et idéal pour l'éducation. Il y a certainement moyen de négocier des prix par volume et je ne vois pas en quoi le système fermé et l'autonomie de 10h pourrait poser un problème.

    J'utilise un iPad tous les jours pour lire des journaux et magazine et surfer sur le net, je n'éprouve aucune fatigue et trouve cet outil vraiment génial. Cela fait des années que je l'attendais.

  • Ce n'est pas l'éducation nationale qui paye ces tablettes: ce sont les mairies (écoles), départements (colléges) et régions (lycées). En gros, c'est vous, de toute façon.
    Et acheter un lot de tablette revient moins cher que d'embaucher un prof à vie… surtout s'il n'enseigne pas (comme plusieurs milliers – oui, milliers – de mes collègues).

    • FRChris:

      L'organisation chaotique de l'éducation national (profs sans affectation, d'autres qui font 1000 bornes par semaines pour être dans 3 lycées différent…) et le gaspillage induit n'a rien avoir avec la question.

      Ce genre d'expérience me parait d'une démagogie sans nom.
      L'Ipad est un petit bijou technologique et un formidable outil pour surfer et jouer.

      Mais :
      - quelque est sa plus valu pédagogique dans une classe ?
      - Quels manuels scolaires trouvent -t-on en ebook ?
      - Combien y a t'il d'applications pédagogiques en français sur Itune ?

      A moins d'imaginer que les prof/enseignants deviennent des spécialistes en développement, paient pour obtenir le SDK et passent tout leur temps libre a créer des application avec Objective C… je ne vois pas l’intérêt.

      Sachant qu'il ne pourront même pas diffuser ces (au combien) hypothétiques applications, sans passer par Itune et l'infrastructure Apple… et pour ça il faut payer.

      Même créer ses cours en epub et le diffuser sur la machine est au delà de la compétence du citoyen moyen.

      Alors équiper tous les élèves en Ipad juste pour remplacer un pauvre polycopié … il y a d'autre solution moins onéreuses.

      Un outil informatique n'est rien sans l'infrastructure qui va avec.
      Il faudrait déjà mettre en place le contenu avec de se faire plaisir avec le dernier joujou à la mode.

      L'ipad est un super outil de divertissement mais, dans l'état, il n'a rien a faire en classe.

      • Pram:

        Le iPad n'est pas qu'un outil de divertissement. Il est déjà utilisé dans les hôpitaux aux USA. Et aussi par les militaires. Et aussi dans les entreprises de gestion de stock, distribution et livraison en gros et au détail (inventaire mobile, catalogue, identification visuelle, localisation de clients, procédures de réception, etc, etc). Et aussi dans bien d'autres domaines professionnels…

        Par ailleurs peut-être que près de 30% des app proposés pour le iPad sur iTunes sont gratuits. Et rien n'interdit l'édition pédagogique française et même l'E.N. à en faire autant.

        En lisant ce commentaire je crois relire, 30 ans après, le même genre de réaction à propos de «l'intrusion» des (micro)ordinateurs à l'école…

      • Bonjour

        Votre réaction m'étonne, si vous êtes développeur vous pouvez imaginer qu'à partir du moment où des tablettes seront de plus en plus utilisées dans l'enseignement, les développeurs francophones seront intéressés par ce domaine…

        D'autre part en attendant, les professeurs peuvent préparer sur PC ou Mac des documents et les convertir en fichiers pdf lisibles sur iPad et partageable très facilement avec des application comme dropbox par exemple.

        C'est très facile et il ne faut aucune connaissance en développement pour cela.

        Des cours ou des livres peuvent aussi être commercialisés sous forme de fichiers pdf sans passer forcément par iTune et peuvent donc être lu sur iPad.

        • FRChris:

          Bonjour,

          je vous invite à regarder mes autres posts, je ne dis que 2 choses :

          - ne mettons pas la charrue avant les boeufs : Il faut mettre l'infrastructure en place avant d'acheter du matériel a tout va (wifi, formation enseignant …).

          - L'ipad me parait pas l'outil idéal (pour les raisons que j'ai développé dans mes autres réponses)

  • - quelque est sa plus valu pédagogique dans une classe ?
    Accés aux photos, films, textes, animations visibles pour tous et immédiatement.
    Exercices d'application avec correction immédiate
    Support de cours variés (en sciences, en langue….) exemple: google eath en géographie et geologie.

    - Quels manuels scolaires trouvent -t-on en ebook ?
    Ben déjà les miens (;-) libres et gratuits, SVT troisième et seconde (quatriéme à la rentrée).
    Et ceux de sesamath
    Et ceux de "le livre numérique" (gratuits aussi en version web, tiens: histoire géo, français…)
    + la myriades de docs et cours mis aux points par des profs de toutes l-a planète, dans toutes les langues (interdisciplinarité quand tu nous tient!)

    - Combien y a t'il d'applications pédagogiques en français sur Itune ?
    Très peu. Si l'on oubli l'accés aux cours du genre ItunesU…. Et itune sert aussi a transférer toute sorte de docs dans l'ipad.

    Il est selon moi, "professionnel de la profession", bien plus rentable d'équiper une classe en ipads mobiles, et donc qui peuvent être utilisés sur besoin ponctuel et distribués comme des documents, que d'entretenir à grand frais des "salles informatiques" vide les 3/4 du temps, utilisant des ordinateurs imposés et choisis par d'autres que les enseignants, qui ne disposent ni de consommables ni de personne (autre que volontaire payé à rien ne coûte) pour en assurer l'entretien "réseau". (et qui occupent à demeure une salle entière alors que bien des établissements surchargés établissent els emplois du temps en fonction es classes disponibles, d'où des joyeusetés genre cours de 11h 30 à 12h 30 et reprise à 13h pour des enseignements "optionnel" qui sont ainsi certains de ne tenter personne…).

    Revenons dans ces classes dans 6 mois, et nous verrons bien si la chose avait un intéret!
    Maintenant, lorsqu'il existera d'autres tablettes aussi faciles à utiliser que l'ipad, on pourra toujours discuter du prix, mais même à ce niveau, on en est (très) loin…..

  • DomC:

    Je crois qu'on disait la même chose du TO7 :)
    Là pour le coup je suis scandalisé que l'on opte pour des Ipad …et les gosses après exigent des macs à la maison …et ensuite un Iphone pour que tout soit bien compatible . Allez roule ma poule et les pauvres vous faites comme dab …vous regardez. Alors que la moindre des choses seraient de soutenir un projet GNU/ Linux.
    Ça me fout en rogne grave !!! Heureusement que j'ai pas de gosses qui participent à une telle connerie.
    Qui a lu un bouquin en plein soleil sur ces saloperies d'écrans? Désormais on apprend à l'ombre…mieux dans la pénombre…

    • DomC, je ne sais si tu te souviens, mais les salles de classes sont couvertes, et donc… A l'ombre!
      GNU/Linux ? Magnifique, très "user friendly": Où sont les tablettes Linux? Linux rase gratis… demain!
      Ceci dit QUI demande à ce que TOUS les établissements et élèves aients des ipads ? Essayons tout d'abord un prof les utilisant dans ses classes, puis un autre, avec d'autres solutions… Testons et faisons les choses du bas (les profs) vers le haut.

      Et on DOIT laisser le prof gérer es ipads (ou autres) de ses classes:

      - Va t'il transferer un par un les documents sur les Ipads avant son cours ? Oui, mis en ligne avant, simplement à faire charger par les élèves
      - Si il utilise des sites en lignes, peut on mettre le wifi dans les classes ? OUI OUI OUI OUI…
      - Doit il également, écumer le web à la recherche de site éducatif et séparer "le bon grain de l'ivraie" ? OUI! Je fais cela depuis 1998. Ce devrait être une des composantes du métier.

      - Aura t-il les connaissances pour ne utiliser les documents soumis à licence ?
      Bien entendu (;-). Soyons réalistes: d'ans l'educ nat, on applique le "fair use" qui n'existe pas dans le droit français… mais on applique quand même (exemple: je veut une photo de Mars: celles du CNRS/ESA sont sous copyright (oui, payées avec nos impôts) alors que celles de la NASA ne le sont pas… Mes cours fourmillent donc de docs made in USA. Mais dans la réalité, les licences, je l'en tape pour l'enseignement (et tout mes collègues itou) car sinon, autant ne pas utiliser le net.

      - Qui administre le réseau (malgré les apparences c'est un vrai métier) : personne…. comme actuellement!

      • FRChris:

        Pr Raynal,

        Je pense que vous êtes un passionné et un utilisateur éclairé de ces outils informatiques mais vous n'êtes pas forcement représentatif de la profession. Non ?

        De même vous êtes plus optimiste que moi sur les capacités de l'EN en la matière.
        Je salue vraiment les prof/enseignant qui veulent aller de l'avant (souvent bénévolement).
        Mais quand je vois le système actuel pour l'affectation des postes de prof (a l'heure de l'informatique et des réseaux) , je suis sceptique.

        Il y a plein de critères pour choisir la meilleure plateforme (l'outil n'est que la partie immergé de l'iceberg).
        Tout ceci s'étudie.
        Je reste persuadé que l'Ipad n'est pas idéal mais personne ici ne détient la vérité absolue…

  • D'accord avec FrChris, il y a peut être des ebooks dispo car des profs ont converti leur cours, après ca reste des conversions de cours pas pensés à la base pour le support.

    Si c'est pour ne pas se servir du potentiel de machine, ce n'est pas la peine de dépenser 500 € pour un iPad.

    A mon avis, c'est bien que l'éducation national tente ce genre d'expérience mais il faudra attendre l'arrivée de contenus pensés tablette avec une forte valeur ajoutée avant que cela ne vaille le coup de lancer des investissements massifs.

    @Clement, au fait tu leur a parlé de mon projet ? Ca pourrait intéresser leurs élèves ;-)

  • blaurenge:

    Peut être que l'iPad n'est pas la solution idéale, mais ce genre d'initiative a le mérite d'exister.

    Pour sur l'EN n'est pas prête a avoir un changement radical. Mais déjà évoquons plusieurs point :

    - Tablette ou pas, avoir les cours en format numérique c'est un must ! Il faudra s'y mettre un jour de toute façons. On peut déjà commencer par la. Il faudrait voir avec les grands éditeurs de livres scolaires pour organiser la numérisation de leurs manuels (il y'en a pas 13637537 pour chaque matière donc c'est amplement faisable)

    - Le wifi dans les écoles idem. Pour moi tous les endroits publiques devraient être équipé de wifi. L'accès gratuit a internet devrait être possible depuis l'école pour tous les élèves, pour ne pas pénaliser ceux qui l'ont pas chez eux

    - Quels sites éducatifs ? De quoi parlez vous ? Si numérisation de l'éducation il y'a, c'est le travail des éditeurs de manuels, des créateurs de programmes scolaires des écoles et des professeurs.

    - Aux écoles et a l'éducation nationale de fournir aux enseignants les outils nécessaires pour qu'ils réalisent leur travail. Les documents sous licence existaient déjà a l'époque du papier. Rien de nouveau de ce coté la.

    - L'adminstrateur réseau devrait déjà exister. Il me semble que toutes les écoles sont censée être équipés d'ordinateurs et d'un CDI ?

    Bref la numérisation de l'éducation est une priorité absolue. L'outil lui même est cher. Mais cela entrainera des économies partout ailleurs (paperasse, matériel, manuels etc.). Le reste ce sont de faux problème.

    Si l'Ipad à été choisi dans ce cas là, c'est que c'est la meilleure machine de ce type actuellement. Bien plus ludique et facile a utiliser pour les élèves qu'un netbook (d'autant qu'avoir un systeme ouvert et peu sécurisé comme windows n'est pas un avantage dans ce cas précis, imaginez les ravages qu'un virus ou autre pourrait causer)

    • FRChris:

      Je suis totalement convaincu par le contenu numérique (sinon je ne serais pas sur ce site ;)

      Bon courage pour faire adopter le wifi dans les classes : je vois d'ici les manifestations de parents inquiets. Je parle pas du budget ni de la gestion du réseau …

      Les sites éducatifs ont été évoqués au début par Pr Raynal. Il existe effectivement beaucoup de contenu en ligne du très bon et du très mauvais.

      Vous trouvez l'Ipad idéal c'est votre vision des choses que je ne partage pour les raisons que j'ai évoqué avant.

  • Pram:

    Quelques remarques à propos de votre réplique.

    - Vos réserves pour le milieux sco;aires'appliquent-elles seulement au produit iPad spécifiquement ou à toutes les "tablettes" en général?
    - L'arrivées éventuelle des "tablettes" électroniques (iPad ou autres) dans les écoles primaires ne serait-elle pas une solution idéale pour atténuer le poids trop lourd des manuels scolaires que les élèves doivent transporter à la maison? Le prix de ces tablettes ne serait-il pas compensé, au moins en partie par la réduction des coûts de la version numérisée des manuels scolaires?

    - Quand vous écrivez que personnellement vous n'avez pas vue une seule application sur l'IPAD, que voulez-vous dire exactement?
    - Que le iPad n'est pas utilisée dans l'industrie. Si c'est le cas, comment le savez-vous? Est-ce vrai seulement pour la France?
    - Ou avez-vous voulu dire plutôt qu'il n'existe pas d'applications iPad dédiées spécifiquement à l'industrie? Comment le savez-vous? Avez-vous pu répertorier dans le détail l'absence des Apps spécifiques au iPad qui concerne ce que vous appelez «l'Industrie»?

    Vous affirmez : «l'infrastructure Apple ne me parait pas adaptée car l'environnement est trop verrouillé» Justement cela ne serai-il pas un atout important dans le domaine scolaire pour éviter un détournement intempestif des iPad par les élèves? Je précise que l"ouverture d'un compte qui donne l'accès aux transferts des Apps (gratuits ou non) de l'iPad exige d'être en possession d'une carte de crédit, qu'un élève justement n'est pas en âge de posséder.

    Vous ajoutez enfin : « Il n'est pas possible de développer une application perso et de la transférer sur l'ipad par exemple». Je répond à cela que Apple tient à la disposition des développeurs un SDK qui permet de développer des programmes à l'ergonomie iPad et de les émuler au format iPad sur un ordinateur ordinaire.

    • FRChris:

      - Vos réserves pour le milieux sco;aires'appliquent-elles seulement au produit iPad spécifiquement ou à toutes les "tablettes" en général?

      Je suis personnellement convaincu qu'un objectif moins ambitieux serait plus réaliste : Remplacer les livres par des reader en entre électronique.

      - L'arrivées éventuelle des "tablettes" électroniques (iPad ou autres) dans les écoles primaires ne serait-elle pas une solution idéale pour atténuer le poids trop lourd des manuels scolaires que les élèves doivent transporter à la maison? Le prix de ces tablettes ne serait-il pas compensé, au moins en partie par la réduction des coûts de la version numérisée des manuels scolaires?

      En théorie oui mais la mise en pratique me parait très difficile.

      - Quand vous écrivez que personnellement vous n'avez pas vue une seule application sur l'IPAD, que voulez-vous dire exactement?
      - Que le iPad n'est pas utilisée dans l'industrie. Si c'est le cas, comment le savez-vous? Est-ce vrai seulement pour la France?
      - Ou avez-vous voulu dire plutôt qu'il n'existe pas d'applications iPad dédiées spécifiquement à l'industrie? Comment le savez-vous? Avez-vous pu répertorier dans le détail l'absence des Apps spécifiques au iPad qui concerne ce que vous appelez «l'Industrie»?

      Je ne fais que relater ce que j'ai observé pour le moment. Je ne pense pas avoir écrit que mes observations font loi. Vous, au contraire dans votre premier poste, affirmez que l'Ipad est largement utilisé professionnellement (sans fournir de sources pour appuyer vos affirmations).

      Pour les dernières questions :
      Le problème n'est pas de développer une application sur Ipad mais de la diffuser.
      Imaginons que l'EN fasse développer à une société privé des applications pédagogiques.
      Avec le système actuel de l'Ipad, il n'est pas possible de ne diffuser cette application en interne. Il faut passer par le store, sa validation et donner l’accès a cette application à tout le monde.

      • Pram:

        Mes questions n'avaient pas d'intention polémiques. En effet je suis nord-américain et votre conviction concernant l'absence d'applications iPad dédiées à «l'industrie» m'ont laissé un peu perplexe, car "l'industrie" nord-américain est de mieux en mieux servie sur iPad. C'est pour cela que je demandais si votre réponse était uniquement dans le cadre français. Ici ma brue, médecin, vient d'acheter (assez cher merci, mais c'est industriel…) un compendium pharmaceutique. Et à cette occasion-làj'ai même appris que le iPad store (au travers iTunes) accepte de transiger des applications des bases de données, etc, qui sont prépayées directement par l'institution responsable de ce programme. Un code de d'autorisation est alors fourni par courriel au(x) futur(s) usager(s) individuel(s). Cela permet aux entreprises justement de payer directement des Apps que son personnel n'a pas à acheter sur leur propre carte de crédit. Cette solution serait tout-à-fait applicable dans le cadre de l'E.N.

        Concernant l'introduction des iPads en classe élémentaire je vous renvois à cette expérience décrite (en anglais) sur le blogue d'un prof américain : http://charles.avargo.com/ipad-revolution-the-imp

        Il y a aussi ce forum (en anglais) concernant l'introduction du iPad dans les classes élémentaires à l'URL suivant : https://discussions.apple.com/message/11680510?me

        Pour fonder mon affirmation, concernant les utilisations industrielles et répondre à votre requête et si vous lisez l'anglais, voici quelques infos concernant des "apps "industrielles" et même institutionnelles scolaires utilisées sur iPad:
        - Un site spécialisé dans les applications industrielles lourdes (rugged) ; «RuggedPC Review» : http://www.ruggedpcreview.com/mt/archives/2011/04
        - Le site Apple France : http://www.apple.com/fr/ipad/business/apps/
        - Le iPad pour les PME : http://smallbiztrends.com/2011/02/50-must-have-sm
        -etc.

        De toute façon les inconvénients du système "fermé" du iTunes sont compensés par la sécurité qu'il propose. Or les écoles élémentaires ne sont pas l'univers des hackers justement.

        • FRChris:

          "Mes questions n'avaient pas d'intention polémiques. "

          Désolé, n'ayant pas le contexte j'ai mal interprété vos questions.
          Il y a certainement un décalage énorme entre les US/Canada et la france.

          Il suffit de voir le taux de pénétration des readers en france… ; )

          Vu de mon métier (en France), dans l'industrie c'est du 98% PC (avec l'exception des serveurs qui tournent parfois sous un Linux ou unix quelconque).
          Tout ce qui est conduite de procédé (logiciel de supervision, tracabilité, communication avec des automates industriels, lecteur codebar avec os embarqué), c'est que du PC.

          Après, il y certainement des domaines que ne couvre pas mon entreprise mais je pense que les tablettes ne sont pas encore beaucoup exploité dans les entreprises françaises (pour l'instant en tout cas).

          Vos liens sont intéressants mais le premier confirme un peu mes craintes :

          "My thoughts on this process is… a challenge…. due to the time factor of syncing iPads. This does take a significant amount of time"

          La solution que vous décrivez doit également fonctionner mais lorsqu'on sait ce qu'il possible de faire en matière d'administration d'un parc de machines … c'est difficile de revenir a un carcan rigide qui me semble plutot orienté utilisateurs individuels.

          • Pram:

            Votre expérience professionnelle est assez différente de la mienne semble-t-il. Je suis Français expatrié depuis des décennies et mon environnement professionnel fût celui des bibliothèques universitaires nord-américaines. J'ai commencé à faire acheter des livres électroniques pour être proposés à nos étudiants dès la fin des années 90. Au début sur CD-rom (Oui! oui! ça a existé…) et ensuite par Intranet. Très vite on a compris que les fictions et autres ouvrages type essais ou monographiques n'avaient pas vraiment d'intérêt pour nos étudiants sous ce format et aussi les chercheurs en général. Exception faite dans le domaine de la littérature ancienne ou moderne pour les chercheurs en littérature, en linguistique et chez les thésards de ces discipline.

            Par contre on a commencé à voir surgir un intérêts pour les ouvrages de type .polycop" "Accounting 101" et autres manuels de base imposé aux étudiants de nos écoles de commerce de type HEC, etc. À cela s'est ajouté l'immense corpus en texte intégral des thèses universitaires. Car nos bibliothèques ne pouvaient plus offrir en prêt au format papier ces manuels coûteux et volumineux et très vite obsolètes . Nous étions dans incapacité budgétaire de pouvoir offrir au prêt un nombre suffisant de ces ouvrages dans les bibliothèques qui sont pourtant obligatoires au programmes académiques. La dégradation rapide de nos exemplaires nous obligea très vite à nous tourner vers le format électronique. Ces ouvrages étaient disponibles 24/24 et 7/7 et jamais dégradés à l'usage. (et pour cause…) Le seul hic c'est que nos usagers devaient soit les lire sur un écran classique soit les imprimer à leur frais. Heureusement ce genre de manuel n'a jamais exigé une lecture exhaustive. Donc ces ouvrages n'étaient consultés, lus ou imprimés le plus souvent que partiellement.

            Bref ce dont il s'agit aujourd'hui n'a rien à voir ni avec cette expérience précédente , ni avec la compatibilité Windows PC, ou OS X Mac. Les tablettes ou les lectrices font en effet usage de d'autres systèmes embarqués qui n'ont que peu à voir avec ces systèmes traditionnels.

            La documentation électronique utilisable sur ces tablettes ou ces lectrice l'a donc été bien longtemps auparavant sur des ordinateurs de bureau ou portables. Donc il n'y a rien là d'exceptionnel en terme de contenu. Là où se trouve le nouveau paradigme c'est l'ergonomie nouvelle de la lecture, du visionnement ou de la consultation que permet les tablettes et les lectrices. Que ce soit avec iOS, Androîd ou Windows Mobile, on est sorti avec ceux-ci du paradigme "P.C." traditionnel.

            Même en Amérique du Nord, le monde "industriel" et d'affaires reste lui aussi – comme en France – très majoritairement P.C. pour l'informatique traditionnelle Mais les tablettes et autres lectrices annoncent plutôt une nouvelle façon d'avoir accès à une documentation numérisée de bonne qualité, complexe et facilement transportable et manipulable.

            Par ex. le médecin qui visite régulièrement ses 45 patients du jour avec sous la main (littéralement…) tous leurs dossiers (y compris les radios et autres scanners…) sous forme de tablettes, c'est autre chose que de devoir trimballer un pc. portatif à bout de bras…

            Bref on peut maintenant – grâce aux tablettes – pouvoir enfin envisager de lire des textes et scruter des images dans un environnement ergonomique plus confortable qui lui-même dans un contexte industriel ou institutionnel qui exige une certaine liberté de mouvement. et ou de déplacement.

            Enfin grâce aux tablettes ou aux lectrices, on pourra lire – ce qui s'appelle lire – Verlaine en format électronique (édition de son choix ou original manuscrit) pour d'autres raisons que pour la seule recherche en plein texte d'occurences, longtemps laissé au seul usage hyperspécialisé des linguistes patentés..

            Si mon intérêt personnel pour le iPad en particulier, dans le contexte décrit précédemment est évident, c'est parce que j'ai cessé d'être bidouilleur et que je crains les système ouverts comme Androîd parce qu'ils me donnent un sentiment d'insécurité. C'est très conformiste, je le crains , comme motivation mais cet aveu provient d'un retraité de la «gestion électronique de la documentation», comme on disait à l'époque, qui a décidé de lire enfin plus souvent en numérique ces livres qu'il a géré par l'électronique pendant des décennies : catalogue électronique, bases de données bibliographiques, etc.

          • FRChris:

            Ironie du sort, un de nos fournisseurs de solution informatiques industrielles exclusivement PC, vient de m'envoyer un mail pour présenter leur dernière nouveauté :

            Un client Ipad compatible avec leur architecture…

            Les choses bougent…

            Sans parler d'architecture, j'attends la technologie qui permettra de cumuler l'ergonomie d'un Ipad et la consommation/confort d'un reader eink.

            D'ailleurs Apple a déposé un brevet sur un système d'écran hybride.

            Donc wait and see !

          • Pram:

            Je vous souhaite bonne chance avec vos recherches. Et c'est vrai qu'un écran hybride serait la panacée. Ça viendra un jour, c'est sûr. Et ça sera utile pas tellement pour lire Verlaine à la plage, (mouaf!), mais pour permettre au livreur de tuile de toiture de vérifier hors de son camion que c'est bien votre commande. Ou mieux encore, au flic de vous dresser une contravention (Dieu vous en garde…) sur l'autoroute du soleil… :-)

            Mais n'attendez pas trop longtemps, car le temps file si vite…

            Salutations,

  • JLLBVS:

    Nous allons nous retrouver avec la RGPP dans une situation où les enfants auront chacun une tablette, mais aucun professeur pour leur enseigner ce qu'il y a dans la tablette !
    Remarque excessive, je le conçois. Mais est-elle véritablement si caricaturale que çà ?
    Par ailleurs, on est encore en train de creuser un nouveau fossé entre les écoles. Les enfants de Neuilly (tiens, pourquoi justement Neuilly ?) et, en face, ceux des quartiers défavorisés. Une tablette por tous ?
    Beaucoup aimeraient déjà avoir un enseignant par matière.

  • DomC:

    Pr Raynal ….Et pourquoi Mac alors qu'il ne représente guère plus sur le marché mondial. Je parle de "matériel".
    Ce que je vois là c'est toujours le lobbying du "tout informatique" ….j'en ai déjà lu prétendant qu'il n'était pas nécessaire d'apprendre à écrire car les claviers étaient l'avenir. Pourquoi apprendre à lire alors que l'avènement de l'ecran tactile est pour demain matin. Et pourquoi apprendre alors qu'il suffit de regarder des images …qui bougent. Je t'écris ici alors que j'ai quitté l'école à 15 ans…tu vois ce que je veux dire? On parle "d'apprendre" . J'en ai rien à faire de google earth j'ai une mappemonde sous les yeux. Un truc tout con quoi …la terre est ronde…et l'écran plat :)

    • C'est bien, Domc, tu as une très grosse… mappemonde qui te donne autant de détails que google earth.
      Et, bien entendu, il faudra toujours savoir lire, et bien mieux que maintenant.
      Les tablettes permettent de dépasser l'informatique, justement, en focalisant simplement sur ce que l'on étudie, et pas le fonctionnement de la machine (d'ou l'intérêt de l'ipad).
      Mais personne n'est obligé d'y passer, aucun prof… Ni surtout ceux qui, sans enseigner, en savent tellement plus qu'eux sur ce qu'il convient de faire.

  • César:

    Je vois quand même mal l’éducation nationale fournir (et donc acheter !) plusieurs millions d’ipads pour les élèves dans l’enseignement. Après tout, ce joujou coûte plusieurs centaines d’euros, alors que d’un autre côté le ministère supprime des milliers de postes d’enseignants.

    Un ipad ne remplace pas un professeur captivant, mais on préfère généralement changer les petites choses anodines et qui ne resteront que élitistes (pas d’ipad pour les élèves du 9-3 !) que les méthodes d’enseignement.

  • [...] réduirons les cas de scolioses de nos écoliers avec des cartables allégés (voir une expérience ici) et je ne parle pas du plaisir de lire allongé sans avoir les bras ankylosés ou du poids de la [...]

  • [...] Education : les écoliers adoptent l’iPad | eBouquin Alors que certains lycéens ne croient pas au livre électronique , les plus jeunes ne font pas d’histoire pour adopter en quelques jours des iPad comme leur nouvel outil d’apprentissage. Les futurs collégiens de l’école des Dauphins de Bernin (38) bénéficient pendant leur année scolaire d’un iPad grâce à la mission TICE et le CRDP de l’académie de Grenoble en liaison avec la DGESCO. Dans une vidéo d’une dizaine de minutes ( à voir sur le site du CNDP ), Alain Jourdan, enseignant en charge de l’expérimentation, liste les avantages suivants : – Motivation, rapidité de mise au travail, augmentation de la concentration et de la durée de celle-ci, autonomie des élèves avec l’outil, vitesse d’appropriation et aisance d’utilisation (cet outil fait partie de leur univers et ne leur pose aucun problème). – Rapport au travail bouleversé pour les élèves. [...]

  • [...] Education : les écoliers adoptent l’iPad | eBouquin – La solidité de ces tablettes tactiles. – L’impact du Wifi sur la santé. Parmi les points négatifs relevés lors de l’expérience, l’article relève les suivants : – Le risque de fatigue visuelle due au travail sur écran. Enfin, l’utilisation de la tablette entre dans les cadres du ministère de l’Education Nationale, notamment du point de vue informatique car “les compétences du B2i sont mises en œuvre sans même s’en rendre compte”. [...]

  • [...] Education : les écoliers adoptent l'iPad | eBouquin – La solidité de ces tablettes tactiles. – L’impact du Wifi sur la santé. Parmi les points négatifs relevés lors de l’expérience, l’article relève les suivants : – Le risque de fatigue visuelle due au travail sur écran. Enfin, l’utilisation de la tablette entre dans les cadres du ministère de l’Education Nationale, notamment du point de vue informatique car “les compétences du B2i sont mises en œuvre sans même s’en rendre compte”. Mais parmi les activités mises en place, on notera l’écriture collaborative à l’aide de l’application Evernote puis la création de petits reportages audio. [...]

  • [...] Education : les écoliers adoptent l'iPad | eBouquin [...]

  • [...] – La quantité beaucoup moins importante d’écrit sur papier. Education : les écoliers adoptent l’iPad | eBouquin [...]

  • [...] Education : les écoliers adoptent l’iPad | eBouquin [...]

Leave a Reply