Alors que certains lycéens ne croient pas au livre électronique, les plus jeunes ne font pas d’histoire pour adopter en quelques jours des iPad comme leur nouvel outil d’apprentissage. Les futurs collégiens de l’école des Dauphins de Bernin (38) bénéficient pendant leur année scolaire d’un iPad grâce à la mission TICE et le CRDP de l’académie de Grenoble en liaison avec la DGESCO. Dans une vidéo d’une dizaine de minutes (à voir sur le site du CNDP), Alain Jourdan, enseignant en charge de l’expérimentation, liste les avantages suivants :

- Motivation, rapidité de mise au travail, augmentation de la concentration et de la durée de celle-ci, autonomie des élèves avec l’outil, vitesse d’appropriation et aisance d’utilisation (cet outil fait partie de leur univers et ne leur pose aucun problème).
- Rapport au travail bouleversé pour les élèves. Leur regard face au travail scolaire change : ils ne le subissent plus mais se l’approprient, l’apprécient, et en profitent donc bien plus. L’école et le travail scolaire deviennent, comme les activités de loisirs (choisies), un lieu, un moment et une source de plaisir, de motivation. Les élèves (re)trouvent le goût d’apprendre grâce à un outil adapté à leur génération et au monde dans lequel ils vivent depuis leur naissance.
- Facilité de préparation du travail pour l’enseignant, différenciation plus facile, suivi individualisé de l’élève facilité.

Enfin, l’utilisation de la tablette entre dans les cadres du ministère de l’Education Nationale, notamment du point de vue informatique car “les compétences du B2i sont mises en œuvre sans même s’en rendre compte”. Mais parmi les activités mises en place, on notera l’écriture collaborative à l’aide de l’application Evernote puis la création de petits reportages audio. La lecture n’est pas en reste et iBooks à l’honneur pour la lecture en numérique des Malheurs de Sophie. Si les enfants, comme leur enseignant, sont enthousiaste face à l’arrivée de ce nouvel outil, on remarquera le pragmatisme de la dernière intervenante, une jeune écolière, émettant l’éventualité qu’elle pourrait se lasser de son nouvel outil. Décidément, ces jeunes… ;-)

Parmi les points négatifs relevés lors de l’expérience, l’article relève les suivants :

- La solidité de ces tablettes tactiles.

- L’impact du Wifi sur la santé.

- Le risque de fatigue visuelle due au travail sur écran.

- La quantité beaucoup moins importante d’écrit sur papier.

Quant à l’absence du clavier, elle n’a pas été remarquée, contrairement à ce que nous avions pu rapporter à l’issue de notre reportage auprès des étudiants de l’ESC Grenoble (qui n’ont pas les mêmes besoins). En tout cas, l’iPad fait une belle entrée dans l’école française. Reste à voir si au cours des prochains mois (et années) la tablette d’Apple arrivera à fournir une réponse aux critiques récurrentes, en grande partie sur l’aspect fermé de la plateforme iOS. Mais n’est-ce pas la contrepartie pour plus de stabilité et un SAV réduit, grande source de dépense dans l’éducation?

Crédits photo : CNDP