Ce matin, le distributeur Bookeen présentait au Virgin Store des Champs-Elysées son offre de lecture numérique. Tous les top management de la filiale française étaient réunis (moi qui voulais rencontrer Richard Branson et lui demander un vol gratuit avec Virgin Galactic…), égalant presque le nombre de journalistes présents dans la salle. Après le lancement du Kindle en France et la présentation du Kobo by FNAC, la riposte de Virgin était attendu. Souvent oublié, le distributeur dispose tout de même d’un réseau 30 magasins en France (employant 200 libraires) qui bénéficient d’une forte visibilité. Mais quelle offre proposer pour se démarquer de la concurrence? Virgin a trouvé la parade en annonçant non pas une offre de lecture numérique (contrairement à ce qui nous a été dit…) mais plutôt deux offres, qui évolueront en parallèle.

Le Kindle, la distribution exclusive pour les fêtes

Virgin va distribuer en exclusivité en France, pour la période des fêtes, le dernier Kindle d’Amazon (cf. notre test). Rien ne change par rapport au Kindle vendu sur Amazon.com : le produit se connecte au Kindle Store français et il sera proposé à 99€ dans les boutiques Virgin. Pas de marque de logo Virgin sur l’appareil, Amazon a opté pour la même stratégie qu’aux Etats-Unis où le Kindle est distribué dans les grandes enseignes de la distribution, de Walmart à Best Buy en passant par Target et bien d’autres. D’ailleurs, d’après la Tribune, le groupe Casino distribuera le Kindle dans ses magasins dès la fin de l’exclusivité avec Virgin, début 2012.

L’équipe française de Virgin a fait remarquer que ce partenariat a été à l’initiative d’Amazon, à la recherche d’un distributeur physique pour faire connaître son reader auprès des lecteurs. Avec cette offre, Virgin est dans son rôle de vendeur de produits électroniques grand public. L’entreprise a déjà vendu par le passé des readers E-Ink, notamment les Sony Reader et les readers de Bookeen et le Kindle vient s’ajouter à cette longue famille.

Sans surprise, Virgin gagne de l’argent sur chaque Kindle vendu. Un responsable de Virgin nous a garanti qu’Amazon proposait une marge plutôt intéressante. On est dans un schéma classique de distribution à bas coût où le fabricant encaisse les coûts pour concéder une marge à son distributeur. Car Virgin ne gagne pas un centime sur les ventes d’ebook qui passe par la plateforme Amazon. Du coup, l’entreprise a souhaité compléter son offre de lecture numérique par un autre produit, de conception française.

Le Cybook Odyssey par Virgin, un concurrent direct pour le Kobo by FNAC

L’Odyssey est le grand gagnant de ce partenariat avec Virgin. Alors que l’espace médiatique n’offre plus à Bookeen la visibilité d’antan, la société française a souhaité un partenariat avec le réseau de distribution de Richard Branson, pour jouer à armes égales avec son concurrent principal, le Kobo by FNAC. En développement depuis deux ans dans la laboratoire de l’entreprise dans le 13ème arrondissement parisien, le Cybook Odyssey se démarque de la concurrence avec un reader à affichage ultrarapide. A l’usage, la différence est notable même s’il n’y a rien de surprenant pour ceux qui surveillent les derniers prototypes d’écrans E-Ink et de reader. La technologie HSIS permettra de faire taire les critiques quant au manque de fluidité des écrans en papier électronique et surprendra les utilisateurs par les animations (notamment au démarrage du reader).

L'écran tactile du Cybook Odyssey

L’écran tactile facilite la prise en main du reader même si nous avons été très déçu par la technologie retenue. Une couche capacitive est placée sur l’écran E-Ink Pearl ce qui a pour conséquence de laisser apparaître un léger quadrillage. Quel dommage ! Ce choix, sûrement économique, laisse songeur, alors que la technologie zForce de Neonode offre une excellent compromis entre capacités tactiles et préservation de la qualité d’affichage du papier électronique. Autant dire que les puristes de l’E-Ink préféreront se tourner vers le Kobo ou le Sony Reader PRS-T1.

Le Cybook Odyssey par Virgin

En dépit de ce défaut, le Cybook Odyssey est de plutôt bonne facture, léger et agréable à tenir en main. Deux boutons placés sur les côtés du reader permettent de changer de page, mais leur disposition ne respecte pas les codes de l’Opération Sandwich. Dommage pour l’ergonomie… Ce reader est frappé du logo Virgin sur la face arrière et il s’affiche sur l’écran de veille. Le marque Bookeen est peut visible, uniquement sur la référence du produit et dans la dénomination de l’engin (dans le menu Préférences).

Grâce à sa connexion WiFi, le Cybook Odyssey peut se connecter directement à une librairie associée, comme l’avait inauguré son prédécesseur, le Cybook Orizon. Les lecteurs pourront donc acquérir des ebooks sur la librairie VirginMega (150 000 titres d’ici la fin de l’année, 85 000 aujourd’hui) en quelques clics. La plateforme reprend celle développée pour le Bookeen Store et fonctionne avec le service ePagine. Au final, Virgin dispose d’un écosystème quasiment équivalent à celui proposé par la FNAC. Le prix du Cybook Odyssey est aussi particulièrement bien choisi : 129€. De plus, les 1000 premiers clients recevront un bon d’achat de 30 euros à dépenser sur la librairie en ligne VirginMega. Comparé aux 30 euros proposés aux adhérents FNAC sur le Kobo, Virgin s’aligne sur son concurrent en terme de prix et de catalogue.

Virgin, futur numéro trois du livre numérique en France ?

Le positionnement de Virgin est quand même ambigu mais il est la conséquence des deux métiers différents de l’entreprise, à la fois vendeur de produits électroniques et de distributeur de produits culturels. Si l’exclusivité sur le Kindle répond au premier métier de Virgin, le prix de 99€ pourrait faire de l’ombre au Cybook Odyssey. Est-ce que l’argument de l’innovation, qualité de l’Odyssey, prévaudra sur celui du prix? Virgin entend répondre à deux demandes différentes et reste persuadé de la plus-value apportée par la technologie HSIS de Bookeen.

La période des fêtes va être déterminante. Pour la première fois en France, trois acteurs vont proposer aux lecteurs des écosystèmes de lecture, plus ou moins complets. Même si techniquement Amazon et Kobo by FNAC ont une petite avance sur Virgin, ils partent tous avec des offres matérielles et de contenus équivalentes. Il va être intéressant de voir de quelle manière ses trois acteurs vont communiquer sur leurs offres, et notamment en se détachant des arguments classiques en terme de fonctionnalités techniques (mémoire, puissance, affichage etc.) mais plutôt parler au futur client d’usage de lecture. Entre le Kindle 4 sans écran tactile, le Kobo by FNAC avec son réseau social Reading Life puis le Cybook Odyssey et son interface ultra-rapide, ces produits ne s’adressent pas aux mêmes lecteurs. Un beau défi marketing pour les équipes des trois groupes !