Posts Tagged ‘indesign’

La sélection du jour #132

  • Je chante le livre électrique. – L’EXPRESS
  • 2012, une année charnière pour les bibliothécaires ? – Bibliobsession
  • La trilogie Fondation d’Isaac Asimov en audiobook en anglais et tout cela gratuitement et légalement. – Actualitté
  • ModNotate passé au crible par Marc Jahjah. – SoBookOnline
  • 90 000 exemplaires papiers de la biographie de Steve Jobs ont été vendus en France. Et combien d’ebooks? – MacGeneration
  • InDesign : éditer en numérique – Aldus2006
  • Une nouvelle génération de stylets, avec capteur de pression, pour iPad arrive. – The Digital Reader
  • Kobo by FNAC : trucs et astuces – MyFnacbook
  • Why Won’t Amazon Compete in the ePub Market? – The Digital Reader
  • Comment enlever les publicités sur son Kindle ? – The eBook Reader

Retrouvez d’autres liens intéressants sur nos pages Twitter et Facebook :

Suivre eBouquin sur TwitterRetrouvez eBouquin sur Facebook

PNI : actualité estivale de la publication numérique


Depuis le mois de mai, à l’occasion de la sortie de la Creative suite 5.5, Adobe propose une solution de publication numérique. Pour publier vers une tablette (actuellement iPad, Androïd et PlayBook), InDesign ne suffit pas et il faut utiliser d’autres outils disponibles auprès de l’éditeur de logiciel. Nous reviendrons en détail sur ce produit de “PNI”, particulièrement complexe à comprendre dans son ensemble (fonctionnalités, génération du document final, diffusion, tarifs, etc.), mais vous pouvez vous faire une idée de la chaîne avec ce schéma et une partie des tarifs.

La semaine dernière, c’est Aquafadas qui a annoncé la disponibilité (avec quelques mois de retard) de son plug-in pour InDesign. Là encore, la solution complète de publication numérique n’est pas simple (comme le montrent ce schéma et la page des tarifs) même si cela est en petite partie dû au support de diffusion lui-même, la tablette. Comme souvent pour ce genre de produit, la partie logicielle qui sert à générer les documents numériques interactifs est gratuite, mais les services annexes (hébergement, etc.) sont payants. À première vue, les tarifs devraient être plus intéressants que ceux d’Adobe.

Par rapport à la version d’évaluation, un module supplémentaire a été ajouté, afin de pouvoir générer soi-même l’application (ce que la solution d’Adobe ne permet pas) vers l’iPad, Androïd, la Galaxy Tab, et la Xoom. Nous en profitons pour annoncer que la version 9.1 de QuarkXPress (celle qui contiendra AppStudio, la solution de PNI de Quark co-développée avec Aquafadas justement) devrait être disponible au mois d’août tandis que la solution professionnelle Quark Publishing System vient de passer en version 9 avec tous les outils de publication numérique.

Il sera donc possible, à la rentrée, de comparer et d’évaluer les trois principaux outils de PNI… et de choisir notre solution favorite.

Bonnier lance Mag+, une solution logicielle de publication sur iPad

Fort du succès de l’intégration de sa solution dans le magazine américain Popular Science, Bonnier Technology Group fournit désormais une solution ouverte aux éditeurs et particuliers pour développer leurs propres magazines pour tablette iPad. Nommé Mag+, cette solution se présente comme un plugin Mac/PC pour le logiciel InDesign (CS4 ou CS5) et un outil de production basé en Adobe AIR. La solution n’est pas grand public mais devrait facilement être prise en main par un utilisateur averti d’InDesign.

Building a Mag+ Page from Scratch from Mag+ on Vimeo.

Comme le fait remarquer MacGeneration, Mag+ se différenciera de la concurrence par son offre tarifaire. En effet, celle-ci se rapproche plus de celle d’Aquafadas. L’utilisation de l’outil est gratuite mais il faudra passer à la caisse à la publication : 2500$ pour une publication illimitée pendant 5 mois puis ensuite 500$ par numéro ou 500$ par mois pour une publication illimitée. Ce modèle semi-gratuit permettra aux éditeurs de tester la solution avant de lancer des investissements. Espérons que les créateurs de contenus français vont être attentif au potentiel de ce nouvel outil.

Pour télécharger Mag+ gratuitement, rendez-vous à cette adresse. En attendant, vous pouvez vous rendre sur la galerie vidéo de Bonnier qui comporte plusieurs tutoriaux. Dans tous les cas, nous ne manquerons pas de faire un test plus complet de cette solution dans les prochaines semaines.

Graphistes, prévisualisez les fichiers InDesign-Illustrator sur l’iPad et l’iPhone !

MacGénération signale que l’éditeur Code Line vient de porter SneakPeek Pro, sa solution de prévisualisation de fichiers InDesign-Illustrator, sur l’iPad et l’iPhone. Grâce à SneakPeek il est maintenant possible de prévisualiser des fichiers “.ai” ou “.ind” sur un iPad ou un iPhone. En plus de la prévisualisation des pages, SneakPeek liste les polices, les images et les couleurs utilisées dans le document. Le site BestAppsite donne quelques conseils d’utilisation (transfert des fichiers via DropBox, réglages dans InDesign pour une meilleure compatibilité, etc.). Les graphistes peuvent ainsi plus facilement montrer les travaux réalisés ou les étapes de travail à leurs clients sans avoir à exporter en PDF ou autre format. Pas mal, non?

La sélection du jour #77

  • Une analyse d’une étude sur les droits d’auteurs appliqués au numérique - Archicampus
  • Le livre numérique de demain sera un livre web - L’Express
  • La parenthèse Gutenberg - Internet Actu
  • Les Numériques nous livre un test plutôt élogieux du FnacBook. Nous aurons du mal à vous donner le même avis…
  • 5 trucs & astuces à propos du Kindle - Electricpig
  • Comment créer un magazine pour iPad avec InDesign - The Digital Reader
  • Open Edition : le pari de l’édition électronique ouverte - UC Louvain
  • Les tablettes Kno à l’attaque du marché de l’éducation – Teleread
  • iFlow, un nouveau lecteur de documents pour iPad – Teleread
  • Evènement : SCAM -17/01 : L’écrivain au coeur du numérique – Tiers Livre

Retrouvez d’autres liens intéressants sur nos pages Twitter et Facebook :

Suivre eBouquin sur TwitterRetrouvez eBouquin sur Facebook

Vidéo : Créer un ePub avec InDesign


Utiliser InDesign pour créer un ePub? Certains diront sûrement que ce n’est pas le meilleur outil pour créer un ebook dans les règles de l’art. Pourtant, il ne faut pas se leurrer, la majorité des ePub aujourd’hui créés dans l’édition sont fait à l’aide de cet outil. Adobe s’est donc fendu de réaliser un tutorial sur la question.

Lorsque l’on parle de livre électronique, on parle principalement de deux formats : le PDF et l’ePub. InDesign permet de générer les deux, mais dans cet épisode, nous allons nous concentrer sur la création et l’enrichissement d’un ePub, dont la base est du HTML/CSS.

Les bases sont abordés et cela pourra aider l’utilisateur déjà familiarisé aux solutions Adobe. Même si la construction du document semble simple et l’export aisé, le prix d’InDesign et de la Creative Suite n’en font vraiment pas un outil grand public…

Et vous, quel programme utilisez-vous pour la conception d’ePub?

Vidéo : Utiliser InDesign pour publier sur l’iPad

Adobe communique progressivement sur les capacités de publications iPad de ses solutions logicielles. La suite CS5 a apporté quelques nouveautés sur ce point, tandis que l’annonce, il y a quelques semaines, de la Digital Publishing Solution forment maintenant une solution complète. D’ailleurs, nous avions déjà abordé cette question dans un précédent article. Mais pour tout ceux qui ne croient pas encore à la performance de l’outil, voici un tutoriel officiel qui devrait conquérir les récalcitrants. ;-)

Reste que la Creative Suite d’Adobe est encore un produit très onéreux, réservé aux professionnels. On attend toujours un outil plus abordable et grand public. Quel éditeur de logiciel nous apportera cette solution tant attendue?

La sélection du jour #69

  • Une mise à jour importante pour Nook Study – The Digital Reader
  • Les étudiants de l’université de Virginia Tech adoptent l’iPad – MacNews
  • Un premier test de la Galaxy Tab. Verdict : Peut mieux faire. – iGeneration
  • Premier coup d’œil au Kobo Couleur – The Digital Reader
  • 10 choses à savoir concernant le futur de la bande dessinée – Comixology
  • Un premier test de l’ECTACO Jetbook Mini… en russe ! – The eBook
  • L’Entourage Pocket Edge est disponible – Engadget
  • Livre Blanc : InDesign vers ePub / iBookStore – Adobe
  • Une démo du BlackBerry PlayBook – Engadget
  • Une autre démo vidéo : celle du Bebook Club – The Digital Reader

Retrouvez d’autres liens intéressants sur nos pages Twitter et Facebook :

Suivre eBouquin sur TwitterRetrouvez eBouquin sur Facebook

Premier aperçu de la publication d’InDesign vers l’iPad

Avec un petit mois de retard sur le planning prévu, une version bêta de la solution d’Adobe pour publier des documents d’InDesign vers l’iPad est disponible au téléchargement.

Six éléments sont actuellement téléchargeables : le plug-in pour InDesign, le gestionnaire de contenu (Digital Content Bundler), le gestionnaire d’interactivité (Interactive Overlay Creator), un fichier d’explication, un mode d’emploi et un dossier de tutoriaux. Un septième l’est sur l’iPad : l’application de lecture Digital Content Preview Tool.

Une partie de ces éléments constitueront la solution de publication numérique Digital Publishing Solution, qui devrait être disponible au deuxième trimestre 2011. Les documents générés par Digital Content Bundler (actuellement des “.issue” qui devraient devenir des “.folio”) seront diffusables soit sur l’AppleStore via un abonnement auprès d’Adobe (700$ par mois plus une commission proportionnelle au nombre d’exemplaire, de 17 à 30 cents) – et un abonnement auprès d’Apple –, soit par les solutions propres de l’auteur du document (Web, email, etc.), sans frais particuliers.

De prime abord, la déception est aussi forte que les attentes étaient grandes. Le processus de téléchargement nécessite un compte Adobe ID (le même que celui qui est nécessaire pour lire un fichier ePub ou PDF avec DRM sur un livre électronique), les fichiers à télécharger ne sont pas regroupés dans une seule archive et l’application de lecture de l’iPad, même si elle est gratuite, nécessite de passer par l’AppleStore.

Générer des documents “.issue” se révèle relativement complexe pour un infographiste “print” (c’est-à-dire qui réalise des travaux destinés à être imprimés et non pas diffusés sur un écran). Pour préparer un document InDesign vers Digital Content Bundler il faut respecter certaines règles dans la structure des dossiers et le nommage des fichiers. Et trois logiciels participent à la chaîne : InDesign, Interactive Overlay Creator et Digital Content Bundler. Enfin, dans certains cas, il n’y a pas encore d’interface graphique pour paramétrer les diaporamas : tout se fait en script ! (mais Adobe donne des exemples détaillés).

Enfin Digital Publishing Solution ne sera disponible qu’au deuxième trimestre 2011 ! L’annonce du mois de juin 2010 (pour rappel, revoir la feuille de route) laissait penser que la solution complète serait proposée entre l’été et l’automne 2010…

Les infographistes vont devoir s’adapter à de nouveaux outils et à de nouvelles pratiques. Les propos d’Adobe tendent tout de même à rassurer : ce n’est qu’une version bêta et de nombreux aspects devraient être simplifiés dans les mois à venir.
Nous allons tester en profondeur les possibilités offertes par ces nouvelles fonctions de publication et vous en rendrons régulièrement compte.

La sélection du jour #66

  • Acheter des livres numériques dans une bibliothèque universitaire – Bibliobsession
  • Les résultats de Foxconn sont en hausse. L’arrivée du Kindle 3 doit y être pour quelque chose – DigiTimes
  • Retour d’expérience de l’utilisation du manuel numérique – Lyonel Kaufmann
  • Le Sony PRS-650 vu par une grand-mère – ARMDevices
  • Est-ce la future tablette lowcost d’Orange? – The Digital Reader
  • Le Kindle débarque chez Staples – Market Watch
  • La vidéo d’un livre en réalité augmentée – The Digital Reader
  • BNP Paribas distribue des iPad à ses commerciaux avec toute la documentation des offres du groupe. – iGeneration
  • Indesign Magazine arrive sur iPad grâce à Indesign – The Digital Reader

Amazon facilite la réalisation de Mobipocket sur InDesign


Face à l’engouement pour le format ePub et à l’émergence de nouveaux outils pour concevoir des ebooks à ce format, Amazon doit s’efforcer de favoriser son format. Pour cela, Amazon a annoncé un plugin à destination d’InDesign qui permet d’exporter directement en AZW, le format propriétaire du Kindle. En quelques clics, il transforme un fichier .indd en document compatible avec le reader. Il suffit de sélectionner l’option “Exporter vers le Kindle”, de valider la table des matières, d’ajouter une couverture est le tour est joué ! Amazon précise sur son blog que ce nouveau plugin est réservé aux ouvrages majoritairement composés de texte. Pour créer des livres enrichis, il faudra trouver une autre solution. En attendant, ce plugin devrait rencontrer quelques adeptes.

Pour rappel, Amazon propose également un émulateur de Kindle (Kindle Previewer) qui permet de tester le rendu d’un ebook sur son reader, que le format soit Mobipocket, AZW ou encore PDF. Un outil que les éditeurs devraient toujours avoir sous la main…

InDesign vers l’iPad et l’ePub : Adobe donne des détails

Sur son blog, Adobe vient d’apporter un certain nombre de précisions à propos de la publication vers l’iPad (et autres tablettes) de documents mis en page dans InDesign.
La solution complète comprendra trois parties, l’une existante partiellement, les deux autres à venir. Depuis la CS5, InDesign comprend plusieurs outils “interactifs”, permettant (entre autre) d’intégrer des vidéos, des diaporamas et des boutons de navigation. Ces différentes fonctionnalités ne nécessitent aucune forme de programmation. L’inconvénient est que le résultat obtenu n’est actuellement exportable qu’en Flash. A la fin de l’été, une mise à jour du logiciel (ou un plug-in, Adobe ne précise pas) permettra d’exporter les documents InDesign interactifs vers la deuxième partie de la solution : Digital Content Bundler, une sorte d’intégrateur.

Read the rest of this entry »

iPad, InDesign, Flash, Adobe réagit et précise…

Dans un communiqué de presse, Adobe vient de faire un point sur ses nouvelles solutions de publication numérique (Digital publishing platform). Les dates de sortie s’échelonnent de cet “été” à cet “hiver” (voir la feuille de route). Ce communiqué, la FAQ et la page Web consacré aux “Digital publishing platform” appellent plusieurs commentaires.

Tout d’abord la multiplicité des solutions de publication en fonction de la nature et de la marque du support de diffusion. Ainsi, un magazine pour l’iPad ne sera pas généré ET consulté avec les mêmes outils qu’un livre numérique au format ePub.
Pour publier depuis InDesign un magazine à destination de l’iPad, la solution est annoncée pour cet été et n’a pas encore de nom (Adobe Digital Publishing est le terme générique le plus employé). A priori, nous pensons que ce sera un plug-in qui “transformera” les fonctions Flash d’InDesign CS5 en HTML5 en ce qui concerne l’export du fichier. Et pour la consultation du document numérique, est-ce que ce sera un “reader” spécifique dans l’iPad ou est-ce que le plug-in génèrera lui-même une application contenant le reader et le document ? Dans un deuxième temps (automne 2010) cette solution (export et consultation) devrait être rendu compatible avec d’autres tablettes.
Quand au livre numérique (Adobe emploie aussi bien “book” que “eBook”), l’éditeur précise bien que la solution d’InDesign à destination de l’iPad ne permettra pas de générer des documents PDF ou ePub et qu’il faut, dans un premier temps, continuer avec les outils habituels de publication d’InDesign et Adobe Digital Editions.
Attention, il faut comprendre les termes de “book” et “ebook” dans le sens de “roman”. Pour des plaquettes institutionnelles ou des catalogues (seuls documents mentionnés par Adobe), la solution à destination de l’iPad sera compatible. Nous supposons que cette indication ne sera pas restrictive et qu’il sera possible de créer des guides de voyage, des ouvrages documentaires et didactiques ou n’importe quel autre type de documents contenant texte et image agencés ensemble. Donc des livres numériques, quelque soit leur contenu.

La deuxième remarque concerne InDesign et Flash. En trois rubriques de la FAQ, Adobe précise que leurs équipes continueront à développer des solutions à base de Flash, d’Objective-C et de HTML5 pour des documents interactifs consultables sur les smartphones et tablettes… L’une des mentions laisse supposer que l’Objective-C ne sera utilisé que tant qu’Apple le demandera. Dans tous les cas, nous ne pensons pas qu’Adobe s’adaptera à tous les fabricants… Si une réponse à été apporté dans l’urgence pour adapter Wired sur l’iPad, c’est parce que la tablette n’a pas de concurrent réel et qu’elle est particulièrement médiatisée.


Mais surtout, Adobe veut qu’InDesign reste au cœur de la publication, qu’elle soit sur papier ou sur écran. Comme nous l’avions indiqué, le logiciel de mise en page  s’adapte de plus en plus aux supports “écran”. Adobe indique aussi qu’ils continuent à considérer Flash comme un élément important de leurs solutions de publication à destination des appareils électroniques.

Ces deux remarques entraînent celle-ci : le processus de production d’un document numérique se complexifie de jour en jour par rapport à celui de l’imprimé.
Aujourd’hui, InDesign permet de créer des document imprimés qui vont de 0,3 millimètres à 5,4 mètres de largeur, d’une à 10.000 pages, du noir et blanc à la couleur. Ces trois contraintes sont les seuls choix à effectuer en amont du projet de publication imprimé.
Ce n’est plus le cas avec la publication numérique. Là où les seules contraintes étaient le papier et l’encre pour un document imprimé, les appareils mobiles en ont beaucoup plus. Nature et dimension de l’écran (eink, LCD, mixte ou autre), puissance de la machine (processeur, RAM, etc.), système d’exploitation (donc compatibilité ou non du format du document), présence d’une connexion Internet, et donc, nature du contenu numérique : un document consultable via un logiciel ou une application à part entière ?
Dit autrement, un éditeur sera obligé de faire un très grand nombre de choix techniques en amont : est-ce que je veux publier mon document sur une tablette interactive, sur un livre à encre électronique, sur un smartphone ou sur les trois ? Comment faire pour que le contenu soit lisible sur des écrans de 3,5″ (smartphone) aussi bien que sur des 10″ (tablette, livre électronique “grand format”) ? Un seul document dont le contenu se reformate (l’ePub), plusieurs documents à différents formats (PDF) ? Est-ce que le format de mon document est reconnu par le système d’exploitation de l’appareil ? Etc. Les contraintes étant liées entre elles, le nombre de possibilité est exponentiel…

Cette complexification pourrait avoir une conséquence non négligeable pour les créateurs (éditeurs, groupe de presse, etc.) de ses informations : le coût de réalisation, s’ils décident de développer un contenu adapté à chaque support. Prenons l’exemple d’un guide de voyage : le guide vert de Michelin ou un guide Gallimard. Ce domaine a un fort potentiel multimédia : texte, image fixe et animée, voir même interaction avec le lieu visité si l’appareil est équipé d’un GPS. Si Michelin ou Gallimard décide d’adapter leurs guides papier pour les trois catégories d’appareil électronique, ils seront obligés de faire des choix techniques conséquents.
Les trois supports permettent la lecture du texte, mais elle est peut confortable sur smartphone et fatiguante (si en grande quantité) sur smartphone et tablette. Les trois supports peuvent afficher des images, mais en noir et blanc sur les livres électroniques et de petites tailles sur les smartphones. Les trois supports peuvent diffuser des fichiers audios, mais différement : dans l’application pour les tablettes et les smartphones, à l’extérieur du livre numérique sur les livres électroniques. Les tablettes et les smartphones peuvent lire des vidéos mais pas le livre électronique (petit aparté à propos de la vidéo, le métier de photographe, qui connaît lui aussi de profondes évolutions depuis l’arrivée du numérique dans la chaîne graphique, pourrait s’orienter de plus en plus vers la vidéo, d’autant que de nombreux reflex le permettent maintenant). Enfin la plupart des smartphones ont une fonction GPS, ce qui n’est pas le cas de la principale tablette du marché (l’iPad) et des livres électroniques.

L’éditeur va donc être confronté à un problème qu’il ne connaissait pas avec le papier : choisir sur quel support électronique il va diffuser son guide (les trois ? deux ? un seul ?), puis, en fonction de ce premier choix, faire des choix techniques (application ou document, format, contenu, etc.) et enfin des choix de distribution : une application pour un smartphone ne se distribue pas comme un document PDF ou ePub. Un frein supplémentaire, sans doute momentanée, mais bien compréhensible pour ralentir le passage au numérique…

Un article à lire (d’Electron Libre) en complément sur le sujet avec quelques indications de coûts de développement.

L’actualité de la semaine : du 17 au 23 mai 2010

Ce que vous avez aimé, ce qui vous a fait réagir, ce qu’il ne fallait pas manquer cette semaine. C’est ici, c’est maintenant, c’est dans l’actualité de la semaine !

De InDesign à l’iPad : les nouvelles solutions de publication


eBouquin participait mardi soir à la première réunion du Paris InDesign User Group (groupe d’utilisateur d’InDesign de Paris). Cette session était consacrée aux fonctions de publication plurimedias à partir d’InDesign, le logiciel professionnel de mise en page d’Adobe. Quelques informations et réflexions par rapport à ce qui a été dit et montré sur InDesign et sur l’actualité récente de l’iPad.

Tout d’abord l’iPad. Comme il est possible de le constater en lisant la presse spécialisée (abandon des projets de Microsoft et de HP – sans doute jugés pas assez compétitifs par rapport à l’appareil d’Apple –, portage de la solution de lecture d’Amazon sur l’iPad, adaptations plus ou moins réussie de journaux et de livres, portages d’applications iPhone, etc.), l’iPad est pris très au sérieux par les différents acteurs technologiques et éditoriaux. Et Adobe fait partie de ces entreprises qui ont compris le potentiel offert par la tablette. Ses équipes sont en train d’adapter certains de leurs logiciels pour qu’ils puissent publier des documents lisibles sur l’iPad (rappelons que pour différentes raisons, Apple refuse l’implémentation du plug-in Flash sur ses appareils mobiles). Comme d’autres, l’éditeur de San Jose a compris combien les possibilités de navigation offertes par la tablette allait changer notre rapport à l’outil informatique (l’un des principaux animateurs de la soirée, Branislav Milic, parlait d’une “immersion complète” pendant la navigation, ce que ne permettent ni les interfaces – clavier, souris, écran non tactile – d’un ordinateur, ni les dimensions trop réduites de l’iPhone).

D’autre part, Adobe a compris que l’avenir de la publication papier était de plus en plus compromis (même s’ils ne l’expriment pas aussi directement). Chaque nouvelle version d’InDesign apporte de nouvelles fonctions de publication vers l’écran. S’il était déjà possible de générer des PDF interactifs (donc exploitable avec plus ou moins de facilité sur un livre électronique en fonction de son écran, tactile ou non), des pages HTML, des données XML, de l’ePub depuis la CS3, InDesign CS5 permet de transformer facilement un document destiné à l’impression en document Flash ! A chaque nouvelle version, InDesign se positionne un peu plus comme un logiciel de mise en page multi-supports plutôt que comme un “simple” logiciel de mise en page “papier”.

Enfin deux produits, plus ou moins concurrents ont récemment été présentés en France : Woodwing Entreprise de Woodwing mardi soir donc et PressDisplay de NewspaperDirect lors du forum ePaperWorld à La Villette. Dans les deux cas, l’objectif est de générer un document lisible sur l’iPad avec une “expérience utilisateur enrichie”.

Woodwing Entreprise (réservé à une gestion de flux multi-supports à grosse échelle, de par son prix envisagé et la richesse de l’outil) est un système de gestion éditoriale, dans lequel InDesign n’est qu’une brique. Le système est centré sur la gestion du contenu (articles, photos, vidéos, fichier audio, etc.) qui peut être adapté et diffusé, via InDesign pour la mise en page, vers un document imprimé, un site Web, un smartphone, une tablette iPad, etc. L’exemple d’adaptation le plus connu est celui du Time Magazine.

Tandis que PressDisplay est un système de kiosque à journaux très amélioré, qui intervient (sans InDesign) à la post-publication des titres. Il permet de s’abonner à la lecture des journaux avec qui NewspaperDirect à passé un accord (1500 environ). Il est alors possible d’y accéder n’importe ou dans le monde depuis de nombreux appareils (ordinateur, smartphone, tablette, livre élecronique, etc.) avec un accès Internet, bien sur.

Pour l’iPad, une fois le journal téléchargé sur son ordinateur, une moulinette analyse le contenu et enrichie le fichier : surlignage des titres, affichage des articles dans une fenêtre déroulante optimisée, création d’une table des matières interactives, etc. De nombreuses fonctions permettent d’accéder à l’information : filtres thématiques, recherches avec mots-clés, alertes emails, etc.

Avec le succès de l’iPad (aux Etats-Unis pour l’instant), les éditeurs de presse ont la possibilité de renouveler complètement la notion de “journal” ou de magazine, aussi bien dans le contenant que dans le contenu (lire ce que nous en disions à propos de Vanity Fair). Les outils de production (logiciel, plateforme en ligne, système de gestion de contenu, etc.) et les formules vont certainement se multiplier : un “journal-application” à télécharger à chaque nouveau numéro (comme les CD-Roms culturels des années 90 mais plus facilement accessible et beaucoup plus interactif – un logiciel comme Director pourrait retrouver toute sa raison d’être), une web-application (ce que semble permettre le HTML5) une application de lecture (à ne télécharger qu’une fois) et un contenu séparé, une application indépendante pour chaque article, une application thématique qui génère “mon journal” en récupérant les articles de différents journaux (comme un agrégateur de flux RSS mais en recomposant les différents articles), etc. Les possibilités ne manquent pas et nous ne manquerons pas de vous signaler les plus intéressantes.