Posts Tagged ‘prix’

Le gouvernement français en faveur d’une TVA à 5,5% sur l’ebook

Comme l’avait annoncé le député Hervé Gaymard lors de son intervention samedi dernier à Sciences Po, la TVA à 5,5% sur le livre numérique est sur le point de devenir une réalité. Après un vote positif au Sénat, le texte va passer devant l’Assemblée Nationale dans les prochaines semaines. Cependant, un acteur de taille vient mettre tout son poids dans la balance : le gouvernement.

Par la voix de son porte-parole, François Baroin, le gouvernement Fillon III a annoncé son ralliement à la décision du Sénat pour une TVA réduite sur le livre numérique, au nom “de l’exception culturelle française”. Car comme nous le rappelle l’AFP (dépêche accessible sur La Croix), le gouvernement s’est opposé dans un premier temps au vote de ce texte. Finalement, le gouvernement ne souhaite pas revenir sur cet amendement et compte pousser en faveur d’une uniformisation des TVA sur l’ebook à l’échelle européenne. L’ancien ministre de la Culture Jacques Toubon sera chargé de mener les discussions entre les différents Etats membres et de sensibiliser la Commission à la fiscalité sur le livre numérique. Après l’avoir estimé “contraire au droit européen” lors du passage du texte devant le Sénat, voici un beau revirement de position de la part du gouvernement.

Cela n’est pas pour nous déplaire car le marché français a bien besoin de cette baisse de TVA. Qu’il s’agisse des lecteurs, désireux d’acheter des livres numériques à des prix abordables, que des éditeurs, qui pour certains font des efforts dans leur politique tarifaire mais restent masqués par la différence de TVA entre l’ebook et son pendant papier, tout le secteur bénéficiera de cette ristourne fiscale. Au final, investir dans un reader pour les fêtes va s’avérer être un bon investissement. ;-)

Mais qu’en sera-t-il lorsque les livres seront des sites web? La TVA à 5,5% sera-t-elle toujours applicable? Il est fort à parier que nos législateurs n’y ont pas encore pensé. Parole de geek.

L’Acer LumiRead en vente pour 179€


Décidément, Acer n’est pas prêt à voir passer sous son nez le marché allemand. Lancé il y a peine deux semaines, son premier reader, le LumiRead, destiné dans un premier temps au marché allemand connaît déjà une baisse de prix. Désormais, il faudra compter 179€ pour la version WiFi et 229€ pour le modèle WiFi+3G. Les tarifs sont attractifs et risquent de gêner Sony et Bookeen. La firme nippone propose deux readers aux même prix mais aucun disposent de connexion sans-fil. Du côté de chez Bookeen, le nouveau Cybook Orizon pourrait souffrir du modèle WiFi entrée de gamme à 179€. Avec des fonctionnalités identiques (mais l’écran tactile en moins), le LumiRead pourrait gêner Bookeen chez les teutons. De plus, le reader est commercialisé chez Libri, ce qui va lui assurer une forte visibilité.

La société Acer va-t-elle réitérer ce qu’elle avait fait avec le netbook et l’Acer Aspire One? En tout cas, le géant de l’électronique frappe fort sur le marché allemand avec des prix vraiment concurrentiels et surtout un appareil totalement communicant et relié à une offre de contenus conséquente.

Le Cybook Orizon en précommande !


Avis aux amateurs de la société Bookeen, la dernière création de la marque en précommande, comme il l’a été annoncé sur leur blog. Le Cybook Orizon est le premier reader tactile de Bookeen, grâce à un partenariat avec le fabricant AU Optronics qui développe les fameux écrans SiPix. Ces écrans en papier électronique ont pour particuliarité d’être tactile et multitouch. A l’usage, cela permettra de ne plus avoir à utiliser l’accéléromètre du reader pour changer l’orientation de l’écran mais d’effectuer une rotation d’un geste, avec deux doigts. Il ne serait pas improbable que Bookeen ait poussé l’utilisation du multitouch dans son produit, ce qui pourrait le rendre très agréable à l’usage. De plus, la ligne de ce nouveau reader est particulièrement réussie et allie finesse et légèreté (245 grammes). Le Cybook Orizon est sûrement l’un des meilleurs readers de la rentrée et va être un sérieux concurrent pour le Sony Reader Touch Edition. D’ailleurs, nous devrions avoir prochainement les deux modèles en test !

Pour précommander le nouveau Cybook Orizon, direction la boutique de Bookeen. Il vous en coûtera 229€ sans les frais de ports (mais une housse est vendue avec l’appareil, bonne nouvelle !).

Hachette UK opte pour le modèle d’agence

Depuis l’arrivée d’Amazon et son Kindle au Royaume-Uni, le marché local du livre numérique a été bousculé. Pratiquant des prix plus bas que le reste du marché, les éditeurs se sont inquiétés d’un début de guerre des prix entre les différents distributeurs. Pourtant, depuis plusieurs semaines, aucun d’entre eux n’a réagi face à cette situation. Cependant, depuis le 20 septembre, Hachette UK a brisé les rangs, comme le rapporte The Bookseller. Le groupe d’édition a décidé d’en terminer avec ces prix volatiles et a contraint ses partenaires (Apple, Amazon etc.) à passer sous un modèle d’agence.

Par conséquent, les prix de ebooks du catalogue Hachette sont maintenant fixés par l’éditeur, comme le stipule le contrat d’agence, et Amazon est désormais dans l’impossibilité de pratiquer ses fameux “Kindle Price”. Hachette UK n’a pas laissé le choix à ses distributeurs, sous peine de retirer ses ebooks de leurs boutiques si un refus lui était opposé. Pour l’instant, les différentes entreprises sont silencieuses à propos du “bras de fer” engagé en début de semaine. Amazon n’a pas retiré de la vente les ouvrages de l’éditeur, comme la maison-mère avait pu le faire en représailles en début d’année, lorsque certains éditeurs avaient signés avec Apple sous un modèle d’agence. En tout cas, cette nouvelle va pousser Amazon à changer sa stratégie de communication au Royaume-Uni et parier sur un large catalogue plutôt que sur des prix planchers.

Adam Notion Ink : enfin les tarifs !


Bonne nouvelle sur le terrain des tablettes, l’Adam fait de nouveau parler d’elle. Développée par le société Notion Ink, elle se déclinera dans trois versions différentes, comme l’indique le site Blogeee. Comptez donc 399$, 449$ et pour le dernier modèle 498$ (les prix devraient être encore plus séduisants en euros).

Le modèle entrée de gamme ne sera pas équipé d’un écran PixelQi, se destinant ainsi à une utilisation multimédia. Pour obtenir le modèle PixelQi, il faudra acquérir la version haut de gamme, 1$ moins cher que l’iPad, également équipée de la connexion 3G et WiFi. En revanche, aucune information concernant l’espace de stockage inclus dans les différents modèles. Nul doute qu’il faudra y aller de sa carte SD. Cela dit, nous avons hâte de pouvoir tester la version PixelQi de cette tablette qui sera le premier produit grand public équipé d’une telle technologie. Un nouveau choix pour les amateurs de lecture sur tablette en perspective !

Le Cybook Orizon a un prix : 229€


Annoncé à 249€ lors de la présentation du reader au CES de Las Vegas, Bookeen vient d’annoncer que le prix de vente final de son nouveau reader serait plus base, et en phase avec le marché : comptez 229€ pour l’Orizon. Comme l’annonce Bookeen sur Facebook, le nouveau canal de communication de la société, son premier reader tactile sera disponible à la mi-octobre. Nous savons que vous êtes nombreux à attendre ce reader et cette annonce devrait vous satisfaire. Il va falloir encore attendre une semaine ou deux pour les premières précommandes. Patience…

Sony Reader : la gamme française en précommande


Il n’aura pas fallu longtemps pour que la nouvelle gamme de Sony apparaisse en France. Au menu, deux readers sur trois, comme nous l’avions prévu. Le Pocket Edition et le Touch Edition vont donc se partager le marché, 70€ séparant les deux modèles : le PRS-350 est vendu sur le site de Sony pour 179€ et le PRS-650 au même tarif que l’ancien modèle, soit 249€. Les premières livraisons sont prévues pour la mi-octobre, comme l’année dernière.

Alors que le Touch Edition a été le reader le plus vendu par Sony, cette nouvelle gamme donne plus d’atouts au modèle entrée de gamme. Mis à part l’absence d’un lecteur de carte mémoire et un écran 5 pouces (au lieu de 6 pouces), le Pocket Edition a des atouts : seulement 155 grammes, soit le poids du Cybook Opus, mais avec un design en aluminium. Autre avantage sur le reader de Bookeen, les 12 dictionnaires intégrés (2 dictionnaires anglais (Brit./Am.) et 10 dictionnaires bilingues (Anglais/Français, Allemand, Espagnol, Néerlandais, Italien). Enfin, un prix de vente inférieur de 20€ pourrait faire pencher les indécis… Le Pocket Edition est particulièrement bien positionné par rapport à l’offre française actuelle, même si nous aurions aimé un prix se situant aux alentours de 150€.

Le Touch Edition va être commercialisé en France pour 249€ mais ses capacités sont identiques au modèle entrée de gamme, avec un écran plus grand et un lecteur de carte mémoire en prime. Certains en auront l’utilité d’autre nom. L’autonomie annoncée pour les deux modèles est de deux semaines (contre une pour la génération précédente). On attend de pouvoir faire un test pour savoir ce que donne vraiment l’autonomie.

Dans cette nouvelle gamme, le Pocket Edition s’annonce déjà comme un bestseller en France. Reste à savoir de quelle manière Sony va communiquer sur ce reader et quel sera son circuit de distribution (la FNAC ainsi que d’autres partenaires?). Ce petit modèle a du potentiel ! Nous ne manquerons pas de vous présenter ces readers, plus en détails.

Pour découvrir le PRS-350 et le PRS-650 sur le site de Sony, direction la boutique SonyStyle ou l’espace dédié à cette gamme de produits.

eBook : une entente entre Amazon et Apple sur les prix?


Est-ce que les deux concurrents du moment, Apple et Amazon, se seraient entendus sur les prix des ebooks qu’ils distribuent? C’est ce que semble croire Richard Blumenthal, procureur général de l’Etat du Connecticut. Les deux géants du web se seraient accordés sur les prix (par le biais des contrats de distribution qu’ils proposent aux éditeurs) afin de limiter l’émergence de concurrents et limiter le pouvoir de nuisance d’autres acteurs comme Barnes&Noble et Sony. Les clauses intégrées dans les contrats d’Amazon et d’Apple seraient connus sous le nom de MFN (pour “most favored nation”) et seraient en totale opposition avec le droit de la concurrence, très protégé outre-atlantique.

Suivant la lettre de Richard Blumenthal adressée à Apple et à Amazon, la plupart des gros éditeurs (Macmillan, Simon&Schuster, Hachette, HarperCollins et Penguin) ont adhéré à ces conditions. Fervent partisan d’un livre sans prix unique, il a remarqué que la majorité des bestsellers du New York Times sont vendus au même prix, quelque soit la plateforme. Le décision du procureur général du Connecticut va dans le sens des enquêtes menés par celui du Texas, qui comme le relate Teleread, aimerait savoir de quelle façon Apple a renversé le marché de la distribution d’ebook en imposant une nouvelle norme, le modèle d’agence. Une chose est sûre, la domination d’Amazon et d’Apple sur le marché du livre numérique va devenir une occupation courante des juges américains (et européens prochainement, cela ne fait pas de doute…). En attendant, il ne reste plus qu’à guetter la réponse des deux firmes à la lettre de M. Blumenthal (trouvée par MacRumours).

Sony ne participera pas à la guerre des prix sur les readers


Après une timide baisse de prix aux Etats-Unis il y a deux mois, Sony semble ne plus vouloir suivre Amazon et Barnes&Noble vers le nouvel objectif du marché : un reader à 100$. La barre des 150$ ayant été dépassée par Amazon avec son Kindle WiFi à 139$ et le Nook à 149$, l’ensemble des fabricants devraient suivre ce mouvement général pour continuer à conquérir des utilisateurs, qui doivent désormais choisir entre une tablette multimédia (plus chère, plus complète mais qui ne servira pas forcément à lire) et un appareil mono-tâche, optimal pour une lecture numérique immersive avec un confort de lecture sans égal.

C’est par la voix de Phil Lubell, vice-président en charge des appareils de lecture chez Sony, que les valeurs des produits Sony ont été rappelée : design et qualité de fabrication. En effet, on ne peut pas nier que ces points ont fait les succès de Sony depuis sa fondation mais ont-ils une chance de réussir dans un environnement ultra-concurrentiel? Si Amazon et Barnes&Noble ont atteint des prix impensables il y a encore quelques mois, cela ne s’est pas fait en sacrifiant la qualité de fabrication. Par conséquent, Sony a tout à fait les capacités techniques et les ressources pour développer une gamme de reader en phase avec le marché et à un tarif abordable. Dans ce cas, les paroles de Phil Lubell rapportées par Forbes ne sont qu’une méthode de désinformation (les prix pratiqués par Sony sont déjà faibles aux US) en attendant une nouvelle gamme de readers. En revanche, s’il s’avère que Sony a opté pour des produits haut de gamme, des faiblesses comme la mauvaise qualité des interfaces et des logiciels de la marque risquent voire d’avoir des conséquences sur leur réussite commerciale.

Sony est-elle encore en phase avec le marché actuel du livre numérique? Nous aurons la réponse à cette question dans quelques semaines.

Amazon riposte avec un Kindle à 189$


Décidément, il aura fallu à peine attendre quelques heures pour connaître la riposte d’Amazon au nouveau positionnement tarifaire de son concurrent, Barnes&Noble. En sortant un reader communicant WiFi à 149$ et en passant le prix de son modèle 3G à 199$ au lieu de 259$, on aurait pu penser que le libraire américain avait pris de court ses concurrents. Cependant, la réponse d’Amazon a été si rapide qu’elle confirme que cette baisse de prix était connue dans le milieu très fermé des différents fournisseurs asiatiques de ces deux géants.

Le positionnement d’Amazon est judicieux. La firme garde son modèle existant (dit “Kindle 2), équipé d’une connexion 3G et le propose simplement 10$ moins cher que le Nook WiFi+3G, soit 189$ (contre 259$ il y a encore quelques heures et 359$ il y a à peine plus d’un an). Pour rivaliser avec le Nook entrée de gamme, Amazon aurait été obligé d’enlever la connexion 3G du Kindle et proposer un produit au rabais dont l’expérience utilisateur aurait été inférieure. De plus, Amazon ne dispose pas de boutiques physiques, contrairement à B&N qui propose un accès WiFi aux utilisateurs du Nook dans ses librairies. Par conséquent, elle a profité des économies d’échelles réalisées sur son reader phare pour baisser son prix. A la différence du Nook, le Kindle est utilisable n’importe où sur la planète, un argument qui séduit les globe-trotters.

De plus, le catalogue disponible sur le Kindle Store reste le plus important : 600 000 titres accessibles aujourd’hui dont 109 des 112 bestsellers du New York Times. C’est aussi l’occasion de rappeler que même si modèle d’agence il y a, une bonne partie des ebooks sont encore vendus aux alentours de 9,99$ et en particulier les dernières sorties. La nouveauté est passée inaperçue mais Amazon semble aussi s’intéresser un peu plus aux contenus gratuits. Une nouvelle page regroupe tous les contenus gratuits proposés sur la boutique mais également ceux accessibles depuis d’autres sources comme le Projet Gutenberg ou Internet Archive. Au total, ce sont plus de 1,8 millions d’ouvrages référencés. Si vous optez pour le Kindle, vous aurez de quoi lire !

La concurrence va-t-elle suivre cette nouvelle cadence? Pas forcément. Trois acteurs font aujourd’hui des volumes suffisamment importants pour disposer de prix cassés à la conception, et donc permettant de proposer des readers performants et à bas prix : Amazon, Barnes&Noble et Sony. Le positionnement tarifaire des deux premiers vient redynamiser le marché et palier à un manque d’innovation. En revanche, la riposte d’Amazon pourrait bien se faire en deux phases car les rumeurs autour d’un nouveau reader (prévu d’ici septembre) se font de plus en plus insistantes. Du côté de Sony, on s’attend aussi à une baisse de prix mais qui n’arrivera qu’avec une nouvelle gamme de reader pour remplacer le PRS-300 et le PRS-600. En revanche, les autres fabricants de readers ne peuvent plus venir concurrencer ces trois géants, à court terme, car une guerre des prix est en train de s’enclencher sur les terrains des dispositifs de lecture et seul un volume de vente important permet de casser ses prix.

Avec une telle baisse de prix sur le Kindle (-30%), Amazon creuse l’écart avec l’iPad (499$ pour le modèle 16Go WiFi) et rend son produit encore plus attractif en ne troquant aucune des fonctionnalités qui ont fait le succès de son reader (écran E-Ink de qualité, connexion 3G avec accès à la librairie numérique etc.). Le Kindle, comme le Nook, sont de très bons produits dédiés à la lecture et risque de séduire à un bon nombre d’hésitants qui ne se retrouveront pas forcément dans les dernières tablettes multimédias. Et pour seulement 210€, toutes taxes et frais de ports compris, certains se demanderont sûrement pourquoi ils n’ont pas encore cédé à la tentation de lire les derniers bestsellers du NYT pour moins de 10 dollars…

Barnes&Noble officialise le nouveau Nook


A peine réveillées, les équipes de Barnes&Noble ont confirmé l’arrivée de la version WiFi du Nook et la baisse de prix sur le modèle 3G. Le consommateur américain pourra donc acquérir dès les prochains jours un Nook équipé uniquement du WiFi pour seulement 149$.

Barnes&Noble met en avant la richesse de son catalogue (qui grâce à celui de Google dépasse le million de titres), la fonctionnalité LendMe de prêt d’ebook (une exclusivité du libraire) et surtout une connexion WiFi gratuite sur tous les hotspots de l’opérateur AT&T. Avec un tel partenariat, B&N va pouvoir faire facilement oublier l’absence d’une connexion 3G car l’utilisateur pourra trouver aisément un point d’accès WiFi. Dans tous les cas, le libraire américain frappe très fort avec ce premier reader communicant à moins de 150$ et lié à une offre de contenu importante… Dire que Bookeen souhaitait s’attaquer au marché américain avec un reader à écran tactile SiPix, mais vendu à 249$ ! Peut-être que l’entreprise française arrivera à revoir son prix à la baisse d’ici septembre… Le marché américain a une bonne longueur d’avance sur ce qui se passe en Europe, tant au niveau de l’offre de matériel que des contenus.

Profitant de ce renouvellement de gamme, Barnes&Noble a également mis à jour le logiciel de son reader qui passe en version 1.4. Au menu, un accès gratuit aux hotspots WiFi d’AT&T, et l’apparition d’une nouvelle série de taille et type de police pour un meilleur confort de lecture. Enfin, une fonctionnalité “Aller à la page…” est ajoutée. Présent d’office sur de nombreux readers depuis des années, les développeurs de B&N avaient tout simplement fait passer à la trappe cette fonction, toute simple mais essentielle. Le modèle WiFi+3G reste au catalogue mais voit son prix baisser de 259$ à 199$. Une première pour un reader 3G ! Mais la riposte d’Amazon ne s’est pas faite attendre…

Un nouveau Nook à 149$ dès mercredi? (MAJ : confirmé !)


Engadget apporte de nouvelles informations sur les différentes rumeurs autour d’une nouvelle gamme de readers chez Barnes&Noble. En effet, un nouveau Nook est apparu dans les bases de données internes de B&N, un modèle équipé uniquement d’une connexion WiFi et vendu au prix très agressif de 149$, soit le prix du Kobo eReader, le reader le plus abordable du marché ! La sortie de ce nouveau modèle serait commercialisé dès mercredi. Avec un prix comme celui-ci, Barnes&Noble pourrait convaincre les américains de s’offrir un reader avant de partir en vacances, et continuer à gagner des parts de marché.

D’ailleurs, la sortie de ce nouveau reader WiFi semble se confirmer par la mention de cette nouvelle gamme dans les liens commerciaux de Barnes&Noble, sur Google. Un prix de 149$ est de nouveau mentionné pour l’entrée de gamme tandis que le modèle existant et 3G serait vendu pour 199$ au lieu de 259$. Il est fort probable que l’annonce de la nouvelle gamme de B&N précède de peu celle d’Amazon, prévue pour les prochaines semaines. Les readers communicant vont enfin passer sous la barre de 200$. Espérons que ces informations ne restent pas que des rumeurs…

MAJ : C’est au tour de Best Buy de laisser filtrer des infos sur sa boutique en ligne. En effet, on peut d’ores et déjà précommander le Nook version WiFi pour 149$ et le modèle WiFi+3G à 199$, au lieu de 259$ il y a encore quelques heures. Les deux readers sont sensiblement identiques : même design, même capacité de stockage (2Go) et même autonomie annoncée (sauf que le modèle WiFi devrait en avoir une meilleure en utilisation réelle).

Si pour l’instant nous manquons encore d’informations officielles, ce nouveau Nook WiFi bouleverse le marché américain. A 149$, il est aussi abordable qu’un simple PRS-300. De plus, la modèle 3G vendu pour seulement 199$ est 60$ moins cher que le Kindle, en dessous de la barre psychologique des 200€. Nul doute que Amazon et Sony ne vont pas se laisser faire. L’arrivée du Nook WiFi laisse aussi penser que Barnes&Noble dispose désormais d’un modèle pouvant être commercialisé à l’international. Franchira-t-elle le pas? Avec ses défauts de jeunesses corrigés, l’arrivée du Nook en Europe serait une excellente nouvelle.

Le journal L’Equipe revoit sa politique tarifaire

Surprise lundi matin en ouvrant l’application de l’Equipe. Le prix d’achat à l’unité a été revu à la baisse suite aux plaintes d’utilisateurs concernant le montant excessif du journal. Il est apprécié de voir que l’Equipe a tenu compte de l’avis de ses clients et consenti à une réduction de -50% par rapport au prix de vente initial : 0,79€ contre 1,59€ précédemment. Ce nouveau positionnement tarifaire pour l’édition numérique est ainsi plus intéressant et attractif vis à vis de la version papier, vendue en kiosque 0,95€.

Néanmoins on observe que le prix du journal électronique n’est toujours pas le même selon que l’on achète un numéro à l’unité pour une consultation depuis le lecteur web (1€) ou depuis l’application iPhone (0,79€). Certes la contrainte de la grille tarifaire fixée par Apple ne s’applique pas sur le site Internet, mais il est dommage de ne pas mettre à égaliter les prix de vente de l’édition électronique, car cela tend à rendre confus le client. Heureusement qu’il est possible d’entrer ses identifiants l’Equipe pour récupérer son édition achetée sur le site… mais pour plus cher que lorsqu’elle est achetée directement depuis l’iPad. Espérons qu’une correction tarifaire sera appliquée prochainement.

Pour le reste, l’application L’Equipe ne change pas et demeure un excellent lecteur pour qui souhaite consulter “la version PDF amélioré” du journal papier. Les autres se tourneront peut être vers la future application éditée par RMC, App’Sport, qui fait l’effort, avec plus ou moins de succès, de penser un produit plus adapté à l’iPad.

Kindle : Amazon fait disparaître les frais de roaming sur ses ebooks


Bonne nouvelle pour tous les utilisateurs du Kindle qui ne vivent pas aux Etats-Unis ! En effet, Amazon a fait disparaître, en catimini, la surtaxe de 2$ qui était ajoutée sur chaque ebook vendu. Ainsi, les livres téléchargeables gratuitement aux Etats-Unis le sont aussi en-dehors du territoire. Le fait de payer des titres issus de domaine public qui, bien souvent, disposait de mises en page de qualité bien inférieure à ce que l’on peut trouver légalement et gratuitement sur le web, était difficilement justifiable.

Amazon.com: le roi silence: Kindle Store

Désormais la mention “Free international wireless delivery via Whispernet” est présente sur chaque fiche-produit d’ebook consultée depuis un Kindle. En revanche, si la même mention est présente sur les abonnements aux journaux, les prix n’ont pas du tout changé ! Comptez toujours 27,99$ par mois pour vous abonner au quotidien Le Monde. De plus, Amazon a rajouté une condition à la livraison d’e-journaux à l’international et enlève systématiquement les images et les photos. Dommage car au début du Kindle International, l’offre US et internationale était la même. Quant aux blogs et au navigateur web intégré dans le Kindle, l’utilisation reste réservée aux utilisateurs américains. Pour rappel, en France, seul l’accès à la version anglais de Wikipedia est possible depuis le reader d’Amazon.

Au final, le Kindle devient un peu plus attractif pour lire des livres en anglais (et même en français), en proposant des tarifs bien plus bas que les autres boutiques anglophones. Cependant, pour lire les journaux (une fonction très appréciée par les utilisateurs du Kindle, même si les éditions proposées sont limitées) et les magazines, cela reste un luxe. Et puis, le papier électronique n’est forcément à son avantage pour afficher des titres avec lesquels l’absence d’écran couleur fait cruellement défaut.

L’Actualité de la Semaine : du 2 au 8 Mai 2010

Ce que vous avez aimé, ce qui vous a fait réagir, ce qu’il ne fallait pas manquer cette semaine. C’est ici, c’est maintenant, c’est dans l’actualité de la semaine !