kindle-1984

Peut-on encore posséder un livre au format électronique? C’est la question sous-jacente qui émerge suite à la dernière affaire qui a touché Amazon et de nombreux utilisateurs du Kindle. Plusieurs millliers de possesseurs de Kindle et acquéreur d’une version de 1984 et de Animal Farm, deux ouvrages de George Orwell, ont eu la surprise de découvrir qu’ils avaient tout simplement disparus de leur Kindle. Autre surprise, il avait été remboursé du prix des ouvrages qu’ils avaient acheté. Surprenant ! Big Brother ne se serait-il pas réincarné dans Amazon? L’affaire est plus complexe que cela.

Dans les premières heures de la polémique, il s’est avéré que l’éditeur des deux ouvrages avait décidé de retirer de la boutique Kindle l’ensemble de ces titres. Cependant, Drew Herdener, directeur de relation publique d’Amazon, a fourni rapidement des applications plus précises concernant ce retrait. Les deux ouvrages de G. Orwell concernés avaient été proposés par l’intermédiaire de la plateforme d’auto-édition d’Amazon et il s’est avéré que la personne qui avait fait cette procédure ne disposait pas des droits de distribution pour ces livres. MobileReference a signalé ce problème à Amazon qui a aussitôt retiré les titres de la vente. En revanche, en ce qui concerne la disparition des ouvrages sur plusieurs milliers de Kindle, Amazon affirme que ce genre de retrait n’aura plus lieu à l’avenir. Amazon a revu son système de diffusion suite à cette affaire et les acheteurs d’un ouvrage retiré garderont leur copie du livre.

Ce type d’affaire a déjà au lieu au début de l’année lorsqu’il s’est averé qu’un personne avait proposé, sur le Kindle Store, l’ensemble de la saga d’Harry Potter alors que son auteur refuse toute diffusion de ses ouvrages en numérique. Le retentissement n’avait pas été comparable à l’affaire Orwell, à cause du nombre très limité de personnes touchés par la première affaire. On peut aussi se dire que la société totalitaire décrite par Orwell dans 1984 s’est ressentie, un instant, dans l’attitude d’Amazon qui a agit directement sur les comptes Kindle de ces utilisateurs.

Cependant, cet événement a montré à quel point il était simple pour une société de censurer le contenu qu’elle propose mais aussi celui qu’elle a vendu. C’est une nouvelle qui va sûrement faore réfléchir certains acheteurs potentiels du Kindle et les faire pencher pour un reader moins propriétaire et moins contrôlé.

Source : Engadget