Posts Tagged ‘goncourt’

Gallimard : le dernier Goncourt corrigé par la communauté pirate [MAJ x4]

Vaut-il mieux pirater des ebooks que de les acheter légalement si l’on veut un fichier de qualité ? Malheureusement, le mauvais travail de certains éditeurs risque de donner raison à ceux qui ont cette pratique. On connaissait le très bon travail de certains teams de pirates sur la qualité de leurs fichiers EPUB (ou Mobipocket) et sur les corrections effectuées avant la mise en ligne. Visiblement, la pratique n’est pas la même chez Gallimard qui vend un fichier avec des coquilles. Et pas n’importe quel livre : le dernier Goncourt, L’art français de la guerre d’Alexis Jenni.

Un des plus importants réseaux d’ebooks piratés a publié sur Twitter une courte sélection des erreurs typographiques et des fautes trouvées dans le fichier EPUB commercial. La liste n’est pas longue, mais laisse penser qu’il n’y a pas eu de travail de relecture suffisant sur le fichier numérique mis en vente. Surtout lorsque l’EPUB coûte 16,80 € sur la FNAC et le Mobipocket chez Amazon !

Cliquer sur l'image pour agrandir

À quoi peut-on imputer ces erreurs ? Visiblement, il s’agit de coquilles de numérisation : les « ç » qui deviennent des « c », les « é » qui se transforment en « e », les points qui apparaissent après des mots en milieu de phrase, etc. Cela relève la méthode de production utilisée par Gallimard : un PDF qui passe par un système d’OCR (ce qui était une boutade n’a pas été pris comme tel visiblement…). Autant dire, une pratique que l’on pensait disparue pour les dernières nouveautés des grandes maisons. Espérons que l’éditeur centenaire va corriger son fichier numérique et proposer une mise à jour à ses clients (un processus simple à mettre en oeuvre sur l’iBookstore et le Kindle Store).

L’influence des teams pirates est indéniable, surtout dans un marché encore embryonnaire. Face à une offre de contenu encore limitée et parfois de piètre qualité (nous ne manquerons pas de revenir sur cette question), force est de constater que l’offre illégale est souvent de bien meilleure qualité. Les teams d’ebooks sont-elles les corsaires de l’édition numérique ? Verra-t-on émerger des éditions revues et corrigées par les lecteurs, tant les éditeurs semblent s’affranchir de certaines étapes essentielles du travail éditorial ?

Une fois de plus, il est bon de rappeler que la présence de DRM ne protège pas les fichiers de leur diffusion illégale. Nous ne ferons que répéter que ces mesures de protection sont illusoires et que l’abandon de tels dispositifs sera bénéfique au développement du marché. Supprimer les DRM, c’est rendre les ebooks hackables, transportables sur n’importe quelle plateforme et libres de permettre à l’utilisateur de les lire selon son propre usage de lecture numérique (application et niveau de partage). Et puis, cela permettra aux lecteurs de corriger les coquilles…

Mise à jour : À la suite des commentaires sur Twitter et des mails de certains lecteurs, il semble que ces coquilles soient aussi présentes… dans la version papier ! En tout cas, on les retrouve dans l’EPUB commercial. Pour la version Mobipocket, dont la qualité de mise en page n’est pas idéale (mais la faute est à partager avec le moteur de lecture Kindle assez capricieux et rustique), nous n’avons pas encore pu vérifier les similitudes. En effet, l’ebook n’est pas encore « indexé » sur notre reader. La technologie…

MAJ 2 : Péniblement, la recherche plein texte du Kindle se met à fonctionner, même si l’ebook n’est pas encore totalement indexé. Pour l’instant, les coquilles sont toujours là, ce qui n’est pas étonnant sachant que le fichier source est un EPUB converti par Amazon, par le biais de KindleGen.

MAJ 3 – 14/11/2011 : Compte tenu de l’évolution de cette histoire, il est nécessaire de faire un point sur les derniers éléments révélés sur le web ou les réseaux sociaux.

Tout d’abord, faisons le point sur les faits : ce qui n’était que quelques coquilles découvertes dans une version numérique, ce sont aussi révélées être présentes dans la version papier (en tout cas, dans leur grande majorité, car l’absence de recherche plein texte sur un texte papier ne facilite pas les vérifications). Il est donc logique que l’erreur ait été répliquée dans les différentes déclinaisons du texte. Plus surprenant, qu’elle soit passée au travers du filtre d’un éditeur comme Gallimard.

L’objet de ce billet était de relever, non sans un certain amusement, que les pirates, pourchassés par les grandes maisons, ne sont pas si inutiles à l’écosystème du livre numérique. Si l’on a relevé ici des coquilles, il y aurait bien plus à dire de la qualité des fichiers numériques commerciaux. En cela, le dernier Goncourt n’échappe pas à la règle. On ne peut même pas appeler la table des matières dans la version vendue sur le Kindle Store ! Un comble pour un fichier commercialisé…

Les moins complaisants s’amuseront aussi à relever que les dernières assises du numérique du SNE avait justement pour sujet la fabrication de fichiers, notamment en EPUB 3. Avant de passer à la version 3, pourquoi ne pas essayer de faire des fichiers EPUB et Mobipocket corrects ?

La conception de fichiers numériques, EPUB et Mobipocket, est un véritable enjeu économique, et pointer du doigt ces négligences n’est pas sans risque. À une époque où ces prestations sont constamment externalisées, le risque de défaillance augmente. Gallimard n’est pas le seul éditeur à proposer des fichiers dont la qualité laisse à désirer ou à oublier de corriger certaines erreurs. Une bonne partie des éditeurs commerciaux (« 100% numérique » ou traditionnels) est logée à la même enseigne.

Nous ne manquerons donc pas de revenir sur ce sujet, images à l’appui, pour démontrer que les ebooks commerciaux sont d’un niveau très inégal, en terme de qualité et d’ergonomie. Comme indiqué dans l’article d’origine, je pense que le développement du marché du livre numérique doit se faire avant tout sans concessions sur la qualité des textes commercialisés pour faciliter l’émergence d’usages de lecture numérique et limiter l’essor du piratage. Affaire à suivre.

Mise à jour 4 – 17/11/2011 : La team Alexandriz vient de communiquer sur son blog des coquilles repérées dans le Goncourt. Je me joins à leur étonnement quand au retentissement connu et les motivations de leur travail méritent d’être connue. Un billet long mais complet, une bonne #lecturedusoir !

En tout cas, ce pavé dans la mare aura eu le mérite de faire la lumière sur la qualité des fichiers commercialisés et les prix trop élevés de lignes de codes, parfois mal ordonnées. L’édition française a encore du pain sur la planche.

Le livre numérique vu par des lycéens

A l’occasion du Salon du Livre de Paris et du prix Goncourt des Lycéens, plusieurs adolescents ont répondu aux questions de France 5 concernant le livre numérique et sa capacité à inciter les jeunes à lire davantage. Les lycéens interrogés livrent ici leurs impressions sur le sujet… Les témoignages se passent de commentaires…

Goncourt 2010 : pas disponible en numérique mais déjà piraté

C’était un secret de polichinelle… Annoncé depuis plusieurs années comme l’un des principaux prétendants au prix Goncourt, Michel Houellebecq s’est finalement vu attribuer la plus prestigieuse des distinctions littéraires françaises pour son roman “La Carte et le Territoire“. Virginie Despentes, son adversaire, est quant à elle la nouvelle lauréate du prix Renaudot avec “Apocalypse Bébé“.

Assez étonnamment (ou pas), l’ouvrage de Michel Houellebecq n’est toujours pas disponible en librairie au format électronique, alors que son éditeur, Flammarion, avait annoncé fin août dans son programme numérique, la sortie de “La Carte et le Territoire” pour le 8 septembre 2010… Doit on y voir là un lien de cause à effet… ? Un retard qui risque quoiqu’il en soit d’avoir des conséquences, puisque le nouveau Goncourt est disponible au format ePub depuis plusieurs semaines déjà sur les réseaux “pirates”

Autrement, il est toujours possible de se procurer les nouveau prix littéraires en papier sur Amazon, la FNAC ou chez votre libraire préféré…

Et en attendant la version numérique “légale”, il reste toujours le synopsis pour se consoler, ou Google… :

Cinq ans après La possibilité d’une île, Michel Houellebecq revient avec un grand roman qui raconte la vie de trois personnages masculins.

Certains y verront un retour aux thèmes d’Extension du domaine de la lutte et des Particules élémentaires, d’autres salueront un texte puissant, à la fois contemporain et profondément classique, d’une admirable maîtrise littéraire.

Si Jed Martin, le personnage principal de ce roman, devait vous en raconter l’histoire, il commencerait peut-être par vous parler d’une panne de chauffe-eau, un certain 15 décembre. Ou de son père, architecte connu et engagé, avec qui il passa seul de nombreux réveillons de Noël.

Il évoquerait certainement Olga, une très jolie Russe rencontrée au début de sa carrière, lors d’une première exposition de son travail photographique à partir de cartes routières Michelin. C’était avant que le succès mondial n’arrive avec la série des « métiers », ces portraits de personnalités de tous milieux (dont l’écrivain Michel Houellebecq), saisis dans l’exercice de leur profession.

Il devrait dire aussi comment il aida le commissaire Jasselin à élucider une atroce affaire criminelle, dont la terrifiante mise en scène marqua durablement les équipes de police.

Sur la fin de sa vie il accédera à une certaine sérénité, et n’émettra plus que des murmures.

L’art, l’argent, l’amour, le rapport au père, la mort, le travail, la France devenue un paradis touristique sont quelques-uns des thèmes de ce roman, résolument classique et ouvertement moderne.

PS : A lire également la réaction de Pierre Assouline concernant le nouveau prix Goncourt.

Actualité de la semaine : du 1er au 7 Novembre

actusemaine

Ce que vous avez aimé, ce qui vous a fait réagir, ce qu’il ne fallait pas manquer cette semaine, en 10 articles. C’est ici, c’est maintenant, c’est dans l’actualité de la semaine ! ; )

Le Goncourt 2009 en version numérique !


C’est à midi ce lundi, que le prix Goncourt 2009 a été attribué à Marie N’Diaye pour son roman Trois Femmes Puissantes, publié aux Editions Gallimard. Marie NDiaye avait déjà reçu en 2001 le prix Fémina au premier tour, par 9 voix sur 12, avec son roman Rosie Carpe.

Elle remporte, ici encore, une victoire assez large dés le premier tour, avec cinq voix contre deux à Jean-Philippe Toussaint, et une à Delphine de Vigan.

Pour rappel le troisième tour mettait en compétition :

Laurent Mauvignier - Des hommes – Minuit
Marie NDiaye - Trois femmes puissantes – Gallimard
Jean-Philippe – Toussaint La vérité sur Marie – Minuit
Delphine de Vigan - Les heures souterraines – JC Lattès

Vous pouvez d’ores et déjà acheter Trois Femmes Puissantes chez ePagine ou Immatériel.fr au format ePub ou PDF. Vous pouvez également télécharger gratuitement un extrait.

Synopsis – Trois Femmes Puissantes

Trois récits, trois femmes qui disent non. Elles s’appellent Norah, Fanta, Khady Demba. Chacune se bat pour préserver sa dignité contre les humiliations que la vie lui inflige avec une obstination méthodique et incompréhensible.L’art de Marie NDiaye apparaît ici dans toute sa singularité et son mystère. La force de son écriture tient à son apparente douceur, aux lentes circonvolutions qui entraînent le lecteur sous le glacis d’une prose impeccable et raffinée, dans les méandres d’une conscience livrée à la pure violence des sentiments.

Au delà de la performance littéraire, on appréciera la mise à disposition immédiate par Gallimard du Goncourt 2009 au format numérique. Cette initiative montre bel et bien que certains auteurs, éditeurs, n’hésitent plus à se lancer sur le marché du livre électronique. On aurait cependant aimé que le prix Renaudot, Un Roman Français de Frédéric Beigbeider, publié chez Grasset, suive le même chemin…